Modifié le 05 février 2018

L'islamologue suisse Tariq Ramadan mis en examen en France et incarcéré

L'islamologue suisse Tariq Ramadan, lors d'une conférence à Bordeaux en 2016.
L'islamologue suisse Tariq Ramadan, lors d'une conférence à Bordeaux en 2016. [Mehdi Fedouach - AFP]
Visé par deux plaintes pour viol, l'islamologue suisse Tariq Ramadan a été mis en examen vendredi par la justice française. Le théologien a été incarcéré au terme de deux jours de garde à vue.

L'islamologue de 55 ans, aussi clivant qu'influent depuis des années dans les milieux musulmans, a été inculpé pour viol et viol sur personne vulnérable, selon une source judiciaire citée par l'Agence France-Presse. Il avait été déféré vendredi matin au Parquet de Paris.

Tariq Ramadan a demandé qu'un éventuel placement en détention provisoire, requis par le parquet, fasse l'objet d'un débat ultérieur devant un juge des libertés et de la détention (JLD). Dans l'attente de ce débat qui doit avoir lieu dans les quatre jours, il a été incarcéré.

>> Lire aussi: La justice française demande le placement en détention de Tariq Ramadan

Trois juges d'instruction ont été désignés pour cette affaire, selon des sources concordantes, signe de la complexité de l'affaire ou de l'amplitude des investigations envisagées.

"Campagne de calomnie"

Fin octobre, deux femmes avaient accusé Tariq Ramadan de les avoir violées, l'une en 2009 à Lyon et l'autre en 2012 à Paris.

Ce petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, accusé par ses détracteurs de promouvoir un islam politique, avait alors dénoncé "une campagne de calomnie".

Après l'ouverture de l'enquête, qui a fait resurgir des accusations d'agressions sexuelles sur ses élèves à Genève dans les années 1990, Tariq Ramadan a été mis en congé, d'un commun accord, de l'université britannique d'Oxford, où il enseignait comme professeur d'Etudes islamiques contemporaines.

>> Qui sont les deux femmes qui accusent Tariq Ramadan:

Le parquet de Paris ouvre une information judiciaire à l'encontre de Tariq Ramadan
19h30 - Publié le 02 février 2018

agences/ta

Publié le 02 février 2018 - Modifié le 05 février 2018