Modifié

"Le gel du financement américain pour les Palestiniens est purement politique"

Pierre Krähenbühl, commissaire général de l'UNRWA. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Le chef de l'UNRWA Pierre Krähenbühl lance un appel d'urgence après le gel partiel de l'aide américaine aux Palestiniens / Forum / 7 min. / le 30 janvier 2018
Le chef de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) Pierre Krähenbühl a expliqué mardi à la RTS comment son organisation comptait compenser les 65 millions de dollars gelés par les Etats-Unis.

Le chef de l'UNRWA (United Nations Relief and Works Agency) Pierre Krähenbühl a lancé mardi à Genève un appel d'urgence pour près de 750 millions de francs. Cet appel intervient deux semaines après l'annonce par les Etats-Unis d'un gel de plus de la moitié de leurs versements prévus à l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens. Ainsi, sur une première tranche de 125 millions de dollars prévue initialement pour 2018, seuls 60 millions ont été accordés.

A titre de comparaison, les Etats-Unis ont apporté près de 360 millions de dollars à l'UNRWA en 2017, soit un quart du budget de cette agence déjà en proie à des difficultés financières.

>> Lire: Washington gèle un versement de 65 millions de dollars pour les Palestiniens

"C'est une décision qui a été très abrupte de la part des Etats-Unis", a relevé Pierre Krähenbühl. Le chef de l'UNRWA a souligné l'effort de certains Etats, dont la Suisse, la Suède et le Danemark, qui ont accepté d'avancer le versement de leur contribution. "Cela nous permet de maintenir ouvertes nos écoles et nos cliniques. Mais, bien entendu, il y aura un moment où on va être face à un mur."

"Il faudra des alliances très fortes"

Pour compenser la contribution américaine à plus long terme, Pierre Krähenbühl compte sur la participation d'autres pays: "Des financements additionnels - par exemple du Japon - sont une possibilité, mais il faudra des alliances très fortes entre pays européens, asiatiques et du Golfe."

Les pays du Golfe ne devraient-ils pas augmenter leurs contributions à l'UNWRA? "L'Arabie saoudite est le troisième donateur après les Etats-Unis et l'Union européenne avec un financement de plus de 100 millions de dollars. C'est la même chose pour les Emirats arabes unis et le Koweït à des niveaux plus faibles (...) Mais c'est vrai qu'il faut que l'on trouve des partenariats pluriannuels (avec ces Etats)".

Dégel possible?

Pierre Krähenbühl n'a pas exclu un dégel des 65 millions de la part des Etats-Unis: "Cela dépend de beaucoup de paramètres politiques. Et c'est cela qui est préoccupant."

Selon lui, la réduction de l'enveloppe américaine est "éminemment politique": "Cette décision n'a pas été prise en lien avec la performance de l'UNRWA. Notre financement a été pris dans le débat interne à l'administration américaine sur les mesures à prendre en réponse au vote de l'Assemblée générale sur Jérusalem."

hend

Publié Modifié