Modifié

Face aux cyberattaques, faut-il une Convention de Genève du numérique?

Le président du groupe Microsoft, Brad Smith. [Martial Trezzini - Keystone]
Face aux cyberattaques, faut-il une convention de Genève du numérique? / La Matinale / 2 min. / le 24 janvier 2018
Le président du groupe Microsoft Brad Smith défend à Davos la création d'une convention internationale sur les cyberattaques. La Suisse s'implique dans les discussions par la voix du conseiller fédéral Ignazio Cassis.

Faut-il une Convention de Genève du numérique pour régler la réponse à apporter aux cyberattaques? La question importante, voire stratégique, pour la Suisse est débattue dans les coulisses du Forum économique de Davos (WEF). La gigantesque cyberattaque planétaire Wannacry, qui a eu lieu en mai dernier, a éveillé les consciences.

>> Lire à ce sujet: Une cyberattaque se répand dans le monde, la Suisse également touchée

A l'origine de cette proposition, Brad Smith est convaincu que seule une réponse commune entre Etats peut permettre de combattre le fléau des cyberattaques. Et selon une information de la RTS, le président du groupe Microsoft a décroché une entrevue avec Ignazio Cassis, le conseiller fédéral chargé des Affaires étrangères. Elle devrait se tenir jeudi, a confirmé son département.

Cyberespace, nouveau champs de bataille

Le président de Microsoft milite pour la création d'une Convention de Genève du numérique, un peu sur le modèle des anciennes Conventions de Genève. Le cyberespace est le nouveau champs de bataille, pour preuve le projet du gouvernement de Donald Trump d'étendre la possibilité de répondre de manière militaire, voire avec une arme nucléaire, à une cyberattaque de très haute importance.

Laisser les Etats régler individuellement cette menace, c'est risquer une escalade. Il faut donner un cadre international à la cyberguerre et pour Brad Smith, Genève, qui abrite déjà le droit de la guerre conventionnelle, est naturellement prédestinée à être à l'origine d'un tel texte.

Esther Coquoz/lgr

Publié Modifié

"Début des discussions"

Les cyberattaques sont "un nouveau type d'attaques internationales (...), une réalité qui va continuer à se développer...", estime le président de l'EPFL Martin Vetterli, invité mercredi de La Matinale.

Il explique qu'elles sont "à l'agenda de la recherche des universités", et que l'EPFL "a créé un centre sur la confiance digitale" qui traite, entre autres, de ces problématiques.

"On est au début de ces discussions. Ce qui est intéressant pour la Suisse, c'est d'être les gardiens des Conventions de Genève et de jouer un rôle moteur dans cette initiative", nuance-t-il toutefois.

>> Ecouter l'interview de Martin Vetterli:
Martin Vetterli, nouveau président de l'EPFL. [Cyril Zingaro - Keystone]Cyril Zingaro - Keystone
Martin Vetterli, président de l'EPFL / La Matinale / 5 min. / le 24 janvier 2018