Modifié

La mer de Chine connaît la pire marée noire depuis 25 ans dans le monde

L'immense pétrolier avant qu'il ne coule en mer de Chine. [Ministry of Transport via AP - Keystone]
L'immense pétrolier avant qu'il ne coule en mer de Chine. [Ministry of Transport via AP - Keystone]
Le pétrolier iranien qui a coulé dimanche en mer de Chine orientale après avoir brûlé pendant une semaine a relâché une nappe de pétrole de plus de 100 km2, soit la plus grave marée noire dans le monde depuis 1991.

Le pétrolier Sanchi, enregistré au Panama et exploité par la National Iranian Tanker Co, transportait 136'000 tonnes de condensat, un brut ultra léger extrêmement inflammable, quand il a sombré dimanche une semaine après une collision avec un autre navire.

La nappe de pétrole libérée par l'explosion de la coque du pétrolier a été repérée dimanche et s'est fortement élargie depuis qu'il a sombré. Elle s'étend désormais sur une surface de 13 km de long et 11 km de large, ont annoncé les gardes-côtes japonais et les médias chinois lundi.

Il s'agit de la plus grave marée noire dans le monde depuis 1991, quand 260'000 tonnes de brut s'étaient déversées en mer au large des côtes de l'Angola, dans le sud de l'Afrique.

Ecosystème menacé

Une partie de la nappe était en feu mais l'incendie a pu être éteint lundi et les opérations de nettoyage ont commencé, précisent les gardes-côtes japonais.

Les experts estiment que le fait que le Sanchi a coulé va aggraver la marée noire en libérant le mazout alimentant les machines du pétrolier, dont la quantité était estimée à 1000 tonnes au moment de la collision.

Le mazout est le pétrole le plus sale, extrêmement toxique et nocif pour les organismes marins. La marée noire menace ainsi un peu plus le riche écosystème de la mer de Chine orientale, déjà très polluée, connue pour ses baleines, ses tortues de mer et ses oiseaux marins.

Impact difficile à mesurer

Selon un expert interrogé par l'afp, si seul un cinquième de la cargaison s'était retrouvé dans la mer, cela représenterait l'équivalent de la marée noire de l'Exxon Valdez, qui a dévasté les côtes de l'Alaska en 1989, ajoute l'expert.

La seule différence est que l'Exxon Valdez transportait du pétrole brut et pas des condensats. Il est donc difficile de prédire l'impact d'une telle quantité de condensats sur l'environnement marin, d'après le spécialiste, pour qui le "record" jusqu'à présent ne dépassait pas 1000 tonnes.

Cétacés, poissons, oiseaux et plancton qui entrent en contact avec cette pollution peuvent soit mourir à brève échéance soit contracter des maladies, des infirmités ou encore devenir stériles.

>> Plus d'informations dans le flash de 10h le 15 janvier sur RTS La Première

agences/boi

Publié Modifié

Collision le 6 janvier

Le pétrolier Sanchi a pris feu le 6 janvier après être entré en collision avec un vraquier au large de Shanghai alors qu'il faisait route vers la Corée du Sud. Poussé par des vents violents, il a ensuite dérivé en direction de la zone économique exclusive japonaise, avant de sombrer à environ 300 km à l'ouest d'Amami Oshima, dans l'archipel des Ryukyu dont la principale île est Okinawa.

L'énorme bâtiment a sombré dimanche.

Les corps de trois des 32 membres d'équipage (30 Iraniens et deux Bangladais) ont été retrouvés les jours suivants. Les 29 autres sont présumés morts et les recherches de survivants ont été abandonnées, ont annoncé les autorités iraniennes dimanche.

La localisation approximative du naufrage