Modifié

Le Royaume-Uni va créer une énorme forêt dans le nord de l'Angleterre

Le Royaume-Uni est l'un des pays avec le moins de forêts en Europe. [Darren Staples - Reuters]
Le Royaume-Uni se lance dans un projet forestier colossal / Tout un monde / 4 min. / le 15 janvier 2018
Le Royaume-Uni se lance dans un projet forestier colossal: reboiser le nord de l'Angleterre d'une côte à l'autre. L'idée est de planter 50 millions d'arbres pendant 25 ans entre Liverpool et Hull, sur une longueur de 190 kilomètres.

Ce projet - qui consiste à rassembler en une gigantesque forêt plusieurs forêts déjà existantes - a été lancé par le Woodland Trust. Cet organisme de protection du patrimoine forestier au Royaume-Uni n'hésite pas à régulièrement tirer la sonnette d’alarme sur le faible taux de boisement du pays.

"Le Royaume-Uni est l'un des pays dénombrant le moins de forêts en Europe. La situation est particulièrement préoccupante dans le nord de l'Angleterre", relève Steve Marsch du Woodland Trust, dans l'émission Tout un monde. La couverture forestière au Royaume-Uni est d'environ 12% contre 36% en moyenne pour le reste de l'Europe.

Dans plusieurs décennies, des enfants exploreront cette forêt, s’amuseront à l’ombre des arbres et se familiariseront à la faune et flore de ce monde naturel

Theresa May lors de la présentation de son plan environnemental le 11 janvier à Londres. [Matt Dunham - AP PHoto/Keystone]
Theresa May, Première ministre britannique

Le recul progressif des forêts a été général en Europe au cours de la période médiévale et moderne. Mais cette évolution a été plus marquée outre-Manche, où le bois a été abondamment utilisé pour la construction navale du temps où la marine britannique rayonnait sur le monde.

La prise de conscience du problème n'a commencé qu'au début du XXe siècle, lorsque les forêts ne couvraient plus que 5% du territoire britannique. Une politique forestière a ainsi été mise en place pour porter un coup d'arrêt au déboisement et le déclin a été stoppé, mais les progrès sont lents.

Soutien financier timide

La Première ministre Theresa May a présenté jeudi dernier cette nouvelle forêt baptisée "Northern Forest", qui s'inscrit dans un vaste plan environnemental. "Dans plusieurs décennies, des enfants exploreront cette forêt, s’amuseront à l’ombre des arbres et se familiariseront avec la faune et la flore de ce monde naturel", a-t-elle affirmé, lyrique.

Le projet Northern Forest entre Liverpool et Hull est promu par le Woodland Trust. [www.woodlandtrust.org.uk]Le projet Northern Forest entre Liverpool et Hull est promu par le Woodland Trust. [www.woodlandtrust.org.uk]Le gouvernement a promis de débloquer 7,5 millions de francs pour le lancement du projet, mais il faudra au total 650 millions. Une contribution modeste qui pousse certains détracteurs à se demander s'il ne s’agit pas d’une tentative de Theresa May pour changer l'image du parti conservateur, en démontrant son penchant pour les questions environnementales.

Un investissement rentable

Peu importe les motivations réelles de la Première ministre, le Woodland Trust estime qu'il s'agit d'un premier pas positif. "Vu la taille du projet, nous devrons de toute façon recourir à d’autres modes de financements innovants, alliant le secteur public et le privé. Cela demandera beaucoup d'efforts, c’est pour cette raison que nous avons planifié ce projet sur 25 ans", relève Steve Marsch.

Malgré son coût, cette nouvelle forêt pourrait toutefois s'avérer très rentable à terme. Plus de deux milliards de francs, selon les projections, devraient être générés grâce aux activités économiques, rurales et touristiques que cette nouvelle forêt permettra.

Catherine Ilic/dk

Publié Modifié