Modifié le 05 décembre 2017 à 09:09

"Restrictions rétrogrades" pour le droit à avorter des femmes en Europe

"Pas ton corps, pas ta décision", récite une pancarte lors d'une manifestation en faveur du droit à l'avortement à Bruxelles, en septembre dernier.
"Pas ton corps, pas ta décision", récite une pancarte lors d'une manifestation en faveur du droit à l'avortement à Bruxelles, en septembre dernier. [Yves Herman - REUTERS]
Une régression des droits des femmes en matière d'accès à la contraception et à l'avortement s'observe en Europe, estime mardi le Conseil de l'Europe dans un rapport.

"Ces dernières années, des menaces résurgentes pour la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes ont émergé en Europe", souligne Nils Muiznieks, le commissaire aux droits de l'homme, dans ce rapport.

Ce dernier pointe les "mauvais élèves" européens et émet une série de recommandations aux Etats membres.

Une dizaine de pays épinglés

Le texte épingle pêle-mêle l'Arménie, la Géorgie, la Macédoine, la Russie et la Slovaquie qui ont adopté récemment "des mesures renforçant les critères à remplir pour les femmes afin d'avoir accès à l'avortement". Le document rappelle aussi qu'en Pologne, "une loi a réintroduit l'obligation d'obtenir une prescription médicale pour accéder à un moyen de contraception d'urgence".

Le document pointe également des juridictions en Irlande du Nord, Irlande, Andorre, au Liechtenstein, à Malte, Monaco et Saint-Marin pour leur législation "hautement restrictive" en matière d'accès à l'avortement, qui n'est souvent autorisé qu'en cas de risque pour la vie de la mère ou de viol.

ats/rens

Publié le 05 décembre 2017 à 07:27 - Modifié le 05 décembre 2017 à 09:09