Publié le 30 novembre 2017 à 10:45

La guerre qui fait rage dans les favelas de Rio prive les enfants d'école

Forces de l'ordre et trafiquants s'affrontent violemment, depuis des mois, dans les favelas de Rio de Janeiro au Brésil. Victimes collatérales de ces fusillades permanentes, les écoliers perdent de précieuses semaines de cours.

Faute de moyens parce que la ville est en faillite, la politique de pacification mise en place avant la Coupe du Monde 2014 est à l'abandon. Depuis le mois de janvier, 3200 personnes sont mortes dans cette guerre triangulaire qui oppose gangs de trafiquants et forces de l'ordre, dont 119 policiers.

Les habitants des favelas se retrouvent pris au piège, confrontés quotidiennement aux échanges de tirs dans les rues. Et les écoles sont évidemment des sites sensibles: les risques sont bien réels, comme l'attestent les impacts de balles sur les murs des établissements.

Conséquence: les cours sont régulièrement supprimés, parfois pendant plusieurs semaines. Chaque matin, les responsables évaluent la situation et les risques avant d'ouvrir les classes.

Selon les autorités éducatives de Rio, les écoles des favelas n’ont connu que neuf jours entiers de fonctionnement normal depuis mars dernier. Mais les forces de l'ordre - police et armée - ne comptent pas stopper leurs incursions meurtrières sur les traces des trafiquants qui contrôlent les favelas.

>> Ecouter le reportage de la correspondante de RTSinfo Anne Vgna pour l'émission Tout un monde:

Opération de l'armée dans la favela du Jacarezinho à Rio.
Ricardo Moraes - Reuters
Tout un monde - Publié le 30 novembre 2017

oang

Publié le 30 novembre 2017 à 10:45