Modifié

Condamné à La Haye, un ancien leader croate avale du poison et meurt

Un ex militaire croate s'empoisonne au moment de son verdict [RTS]
Un ex-militaire croate s'empoisonne au moment de son verdict / 19h30 / 1 min. / le 29 novembre 2017
L'un des six ex-dirigeants des Croates de Bosnie, jugé en appel au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), a pris du poison après avoir entendu le verdict. L'homme est mort peu après à l'hôpital Den Haag.

A l'annonce de sa condamnation, Slobodan Praljak a crié "Praljak n'est pas un criminel", "je rejette votre verdict", avant de sortir une fiole de sa poche et d'avaler le contenu. Son avocat a ensuite indiqué qu'il s'agissait de poison. La salle d'audience est une "scène de crime", a annoncé la police, qui a ouvert une enquête.

Personne ne sait encore comment l'accusé a pu entrer dans l'enceinte du tribunal avec une fiole contenant du liquide.

Les juges du TPIY venaient de confirmer la peine de 20 ans de prison contre ce gradé des forces des Croates de Bosnie du temps de la guerre. Slobodan Praljak, âgé de 72 ans, a notamment été reconnu coupable de crimes de guerre.

"Entreprise criminelle commune"

Avec cinq autres anciens dirigeants des Croates de Bosnie, ce haut responsable des forces armées de la république croate de Herceg-Bosna assistait à l'audience d'appel de leur condamnation pour leur rôle durant le conflit croato-musulman (1993-1994) qui a éclaté durant la guerre en Bosnie (1992-1995). Ils avaient été reconnus coupables d'"entreprise criminelle commune" pour imposer une domination croate, en usant de l'épuration ethnique.

Principal accusé, l'ex-dirigeant des Croates de Bosnie, Jadranko Prlic, a été condamné à 25 ans de prison. Il a été reconnu coupable d'avoir mené le transfèrement de populations musulmanes lors de la guerre de Bosnie et d'avoir eu recours à des meurtres, des viols et des destructions de biens civils dans le but de créer une "grande Croatie" au cours de cette guerre qui a fait plus de 100'000 morts et 2,2 millions de déplacés.

Siégeant à La Haye, le TPIY s'est prononcé ce mercredi pour la toute dernière fois, après près d'un quart de siècle consacré à juger ceux qui ont commis les pires atrocités en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.

>> Les images de Slobodan Praljak avalant le poison:

Un accusé du TPIY absorbe du "poison" à la lecture du verdict [RTS]
Un accusé du TPIY absorbe du poison à la lecture du verdict / L'actu en vidéo / 38 sec. / le 29 novembre 2017

fme avec agences

Publié Modifié
Siégeant à La Haye, le TPIY s'est prononcé ce mercredi pour la toute dernière fois, après près d'un quart de siècle consacré à juger ceux qui ont commis les pires atrocités en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.