Modifié le 23 novembre 2017 à 16:03

Les arrivées de migrants de Libye en forte baisse au troisième trimestre

Des migrants au large des côtes italiennes début novembre.
Des migrants au large des côtes italiennes début novembre. [Cesare Abbate - ANSA via AP/Keystone]
Les arrivées de migrants en Europe via la Libye ont connu une forte baisse au cours du troisième trimestre 2017, selon un rapport du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) rendu public jeudi.

Le nombre de personnes traversant la Méditerranée à partir de la Libye pour arriver en Italie a ainsi chuté entre juillet et septembre, passant de 11'500 à 6300.

"En juillet, la Commission européenne a annoncé un plan d'action pour réduire le nombre des traversées illégales vers l'Italie tandis que les autorités italiennes ont engagé une série de rencontres avec leurs homologues libyennes dans le même esprit", rappelle le HCR dans son rapport.

Des ONG, parmi lesquelles Médecins sans frontières (MSF), ont vivement critiqué la politique européenne concernant la gestion des migrants en provenance de Libye, estimant que l'UE était guidée par "l'unique ambition de maintenir ces gens hors de l'Europe".

>> Lire aussi le témoignage d'un migrant passé par la Libye:

"Des Libyens m'ont loué comme une machine", témoigne un migrant

Hausse des arrivées par la Turquie

Dans son rapport, le HCR souligne par ailleurs que les migrations passant par la Méditerranée orientale, via la Turquie, ont de leur côté augmenté sur le trimestre, concernant 3300 personnes en juillet, 4500 en août et 6600 en septembre.

Sur ce dernier mois, un total de 4900 personnes sont par exemple arrivées en Grèce, "le nombre le plus élevé sur un mois depuis mars 2016 et la mise en place de l'accord UE-Turquie et la fermeture de ce qu'on a appelé la route des Balkans", relève le HCR.

La route de l'Espagne peu empruntée

Autre route, la traversée vers l'Espagne à partir des côtes marocaines était la moins empruntée sur le trimestre (7800 personnes).

"Malgré la réduction du nombre de traversées via la Méditerranée centrale, des milliers (de personnes) continuent de tenter le voyage dangereux et désespéré vers l'Europe", s'est alarmée Pascale Moreau, directrice du bureau du HCR pour l'Europe.

A la date du 20 novembre, "on estime à près de 3000 personnes les morts ou disparus en mer, auxquelles s'ajoutent 57 autres mortes sur les routes en Europe ou aux frontières de l'Europe", rappelle-t-elle.

afp/tmun

Publié le 23 novembre 2017 à 15:47 - Modifié le 23 novembre 2017 à 16:03

L'opération Sophia a permis de sauver 42'000 personnes en mer

L'opération européenne Sophia, chargée depuis 2015 de lutter que le trafic d'êtres humains en Méditerranée, a permis de sauver 42'000 vies, a annoncé jeudi son commandant, l'amiral italien Enrico Credendino.

"Nous avons arrêté 119 passeurs présumés, détruit des embarcations, entraîné 201 garde-côtes et porté secours à près de 42'000 personnes en mer", a déclaré l'amiral Credendino en marge d'un séminaire à Rome consacré aux migrations et à la sécurité en Méditerranée.