Modifié le 06 novembre 2017 à 15:40

Plaintes après des menaces de mort visant des journalistes français

Le directeur de la publication de Charlie Hebdo, Riss. L'hebdomadaire satirique a de nouveau reçu des menaces de mort.
Le directeur de la publication de Charlie Hebdo, Riss. L'hebdomadaire satirique a de nouveau reçu des menaces de mort. [Joel SAget/Afp]
Le cyber-harcèlement visant des journalistes français est d'une violence telle que des plaintes sont déposées, notamment par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et la station de radio Europe 1.

Le directeur de la publication de Charlie Hebdo, Riss, a annoncé lundi le dépôt d'une plainte après des menaces de mort reçues suite à la publication, la semaine dernière, d'un dessin représentant Tariq Ramadan.

Selon Riss, la rédaction du journal a continué à recevoir des messages de ce type après l'attentat qui a fait 12 morts en janvier 2015.

"Ça n'a jamais vraiment cessé, mais c'est vrai que, parfois, il y a des pics où on reçoit sur les réseaux sociaux des menaces de mort explicites", a-t-il déclaré sur Europe 1.

Réaction gouvernementale

La station de radio a elle aussi porté plainte pour le harcèlement dont est victime l’une de ses journalistes, Nadia Daam, après une chronique dénonçant la campagne de haine à l’encontre de deux militants féministes menée sur le site JeuxVideo.com

La secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a jugé la situation suffisamment grave pour intervenir auprès de Twitter et du groupe Webedia éditeur de JeuxVideo.com:

agences/pym

Publié le 06 novembre 2017 à 15:38 - Modifié le 06 novembre 2017 à 15:40