Modifié le 01 novembre 2017 à 15:39

En Tunisie, les procès liés aux attaques djihadistes traînent en longueur

Des policiers tunisiens montent la garde après l’attaque du musée du Bardo près de Tunis. Le 18 mars, deux terroristes armés de fusils d’assaut ont tué 24 personnes dont 21 touristes et fait 45 blessés.
Des policiers tunisiens montent la garde après l’attaque du musée du Bardo près de Tunis. Le 18 mars 2015, deux terroristes armés de fusils d’assaut ont tué 24 personnes dont 21 touristes et fait 45 blessés. [Anis Mili - Reuters]
Prévenus absents, victimes non convoquées, allégations de torture: les procès des attentats attribués à la mouvance djihadiste en Tunisie ces dernières années patinent, entravés par une désorganisation de la justice.

Le procès de l'attentat du musée du Bardo, qui a fait 22 morts dont 21 touristes en mars 2015, a ainsi démarré en catimini en juillet, sans que les victimes ne soient convoquées. Près de la moitié des prévenus n'étaient pas présents.

Lors de la seconde audience du procès du Bardo mardi, ils étaient 18 sur 26 dans le box. Et le procès a de nouveau été renvoyé.

La justice antiterroriste, dotée d'enquêteurs et d'un parquet spécialisés, est pourtant moins engorgée et mieux dotée que les autres juridictions, et plutôt compétente selon plusieurs observateurs.

Victimes pas assez associées

Les victimes ont à maintes reprises regretté d'avoir été trop peu associées à la procédure, au point de ne pas être dûment représentées à l'audience.

"Ce que l'on demande à la justice tunisienne, c'est d'intégrer les victimes à leur place dans le procès", souligne l'avocat français Gérard Chemla, qui défend 27 des parties civiles.

Les victimes n'ont pas été entendues durant l'enquête et rien n'assure qu'elles le seront pendant le procès.

afp/ebz

Publié le 31 octobre 2017 à 15:54 - Modifié le 01 novembre 2017 à 15:39

Dysfonctionnements comparables dans le procès de Sousse

Des dysfonctionnements comparables ont émergé lors du procès de l'attentat de Sousse, où un étudiant tunisien armé d'une kalachnikov a abattu 38 touristes dans une station balnéaire le 26 juin 2015.

Lors de la deuxième audience en octobre, des avocats désignés par l'Etat tunisien pour représenter des touristes britanniques, irlandais ou belges ont expliqué ne pas savoir s'ils représentaient une victime blessée ou les proches d'un mort, ni même la nationalité de leur client.