Modifié le 22 octobre 2017 à 07:22

Les Portugais disent leur colère et leur tristesse après les incendies meurtriers

Les Portugais dénoncent la mauvaise gestion des incendies dans leur pays.
Les Portugais dénoncent la mauvaise gestion des incendies dans leur pays. [Pedro Nunes - Reuters]
Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de plusieurs villes du Portugal samedi pour dire leur tristesse et leur colère face à l'incapacité du gouvernement à prévenir des feux de forêt meurtriers.

"On est ici avant tout pour rendre hommage aux victimes. Il faut que justice soit faite!", a expliqué une Lisboète d'une cinquantaine d'année, qui participait avec des milliers d'autres personnes à travers le pays à cette "manifestation silencieuse" convoquée sur Facebook.

"A quoi servent nos hélicoptères? Pourquoi y a-t-il eu des coupes dans les budgets de lutte contre les feux? Nous avons tout simplement besoin de réponses!", lançait un autre manifestant vêtu de noir en brandissant un portrait en noir et blanc du Premier ministre socialiste Antonio Costa, et réclamant son départ.

Plus de 100 morts

Le Portugal a été frappé cette année par les feux de forêt les plus meurtriers de son histoire, qui ont fait 64 morts en juin à Pedrogao Grande, à 100 km environ au nord de Lisbonne, puis 44 morts dimanche dans le nord et le centre du pays. En Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne, les incendies ont tué 4 personnes.

afp/lgr

Publié le 21 octobre 2017 à 20:38 - Modifié le 22 octobre 2017 à 07:22

Aide aux victimes

Après les manifestations, le gouvernement portugais a promis samedi 400 millions d'euros (4,64 millions de francs) d'aide aux victimes des incendies qui ont fait 108 morts depuis juin. Il a également pris une série de mesures pour en améliorer la prévention, sur la base d'un rapport d'experts.

La décision a été annoncée lors d'un conseil des ministres extraordinaire, qui s'est poursuivi dans la nuit. Un nouveau ministre de l'intérieur a pris ses fonctions à cette occasion après la démission de Constanca Urbano de Sousa.