Modifié

Le "Trump tchèque", anti-migrants et anti-euro, grand favori des législatives

République tchèque: portrait d'Andrei Babis, le "Trump" local [RTS]
République tchèque: portrait d'Andrei Babis, le "Trump" local / 19h30 / 2 min. / le 20 octobre 2017
Les Tchèques votent vendredi et samedi pour des élections législatives. Elles devraient porter au pouvoir le "Trump tchèque", Andrej Babis, qui revendique son opposition à l'accueil des migrants et à la zone euro.

Quelque 8 millions d'électeurs doivent élire les 200 députés, lors d'un scrutin qui pourrait catapulter au Parlement aussi le parti SPD, anti-Union européenne et anti-immigration, porté par le même courant que celui observé dans d'autres pays d'Europe de l'Est.

Fondateur du géant agro-alimentaire, chimique et médiatique Agrofert, Andrej Babis, 63 ans, pourrait obtenir avec son mouvement populiste ANO de 25 à 30% des voix, selon différents sondages.

Membre de l'UE, mais avec sa monnaie

"Les Etats doivent être dirigés par les présidents et les Premiers ministres et non par (le président de la Commission européenne Jean-Claude) Juncker. Je ne veux pas d'intégration supplémentaire", a lancé Andrej Babis jeudi, lors de l'ultime débat. Il était opposé à la tête de liste du parti social-démocrate CSSD, le ministre des Affaires étrangères Lubomir Zaoralek, qui est lui pro-européen.

Membre de l'UE depuis 2004, la République tchèque a conservé sa monnaie nationale, la couronne.

>> Les précisions de Marc Allgöwer dans le 19h30:

Populisme en Europe de l'Est: l'analyse de Marc Allgöwer [RTS]
Populisme en Europe de l'Est: l'analyse de Marc Allgöwer / 19h30 / 1 min. / le 20 octobre 2017

afp/ta

Publié Modifié