Modifié le 16 octobre 2017 à 18:32

Les conservateurs de l'ÖVP remportent les législatives en Autriche

Législatives autrichiennes: le conservateur Sebastian Kurz, 31 ans, remporte les élections
Législatives autrichiennes: le conservateur Sebastian Kurz, 31 ans, remporte les élections 12h45 / 1 min. / le 16 octobre 2017
Le conservateur Sebastian Kurz, 31 ans, a remporté les élections législatives autrichiennes dimanche, selon les projections, signant un probable retour de la droite à la Chancellerie.

Sebastian Kurz, qui a provoqué ce scrutin anticipé, mettant fin à dix années de grande coalition avec les sociaux-démocrates du chancelier Christian Kern, semble avoir réussi son pari.

Son Parti chrétien-démocrate (ÖVP) est crédité de 31,6% des suffrages, devant le SPÖ social-démocrate du chancelier Christian Kern.

Arrivé premier lors des dernières législatives en 2013, celui-ci doit se contenter de 26,9% des voix, selon les projections de la télévision publique ORF.

Le FPÖ faiseur de roi

La formation de la droite nationaliste FPÖ de Heinz-Christian Strache se classerait troisième avec 26% des suffrages, mais apparaît en position de faiseur de roi.

Sebastian Kurz s'est dit prêt à endosser le costume de chancelier. "J'accepte cette responsabilité avec beaucoup d'humilité", a-t-il déclaré devant des militants en liesse.

"Nous formerons une coalition pour les cinq prochaines années avec le parti qui nous permettra d'apporter le plus de changement à ce pays", a précisé la secrétaire générale de l'ÖVP.

Les discussions officielles ne devraient pas commencer avant jeudi et l'annonce des résultats définitifs.

>> Lire aussi: L'Autriche pourrait élire dimanche le plus jeune dirigeant d'Europe

afp/ptur

Publié le 15 octobre 2017 à 20:20 - Modifié le 16 octobre 2017 à 18:32

Une possible alliance avec l'eurosceptique FPÖ

Si Sebastian Kurz n'a exclu aucune option, une coalition avec le FPÖ est considérée comme l'hypothèse la plus probable. En 2000, l'arrivée de ce parti au gouvernement, en coalition avec le chancelier conservateur Wolfgang Schüssel, avait provoqué un tollé européen. Dans un contexte de montée des partis populistes et anti-migrants dans plusieurs pays européens, une telle levée de boucliers apparaît aujourd'hui peu probable.

Mais une alliance entre Sebastian Kurz et Heinz-Christian Strache pourrait infléchir la ligne jusqu'à présent europhile du pays, le FPÖ prônant notamment un rapprochement avec le groupe de Visegrad, comprenant des pays comme la Pologne et la Hongrie qui multiplient les bras de fer avec Bruxelles.