Publié le 07 octobre 2017

Le président iranien défend l'accord de 2015 sur le nucléaire

Le président iranien Hassan Rohani lors d'un discours en 2013.
Le président iranien Hassan Rohani lors d'un discours en 2013. [Vahid Salemi - AP]
Le président iranien Hassan Rohani a défendu samedi l'accord de 2015 sur le programme nucléaire de la République islamique. Il a estimé que Donald Trump ne pourrait pas l'abroger.

"Au cours des négociations et de l'accord sur le nucléaire, nous avons atteint des points et des bénéfices qui ne sont pas réversibles. Nul ne peut revenir dessus, pas plus Donald Trump que quiconque", a dit Hassan Rohani lors d'une cérémonie à l'université de Téhéran.

"Même si dix autres Trump sont créés dans le monde, ce n'est pas réversible", a insisté le président iranien.

Alliés inquiets

Cependant, Donald Trump, qui considère cet accord comme le "pire accord jamais conclu", s'apprêterait à annoncer son intention de ne pas certifier que l'Iran le respecte, ouvrant la voie à sa dénonciation. Le président américain est tenu de se prononcer sur la certification ou non de cet accord d'ici au 15 octobre.

La perspective de voir Washington dénoncer l'accord de Vienne inquiète certains des alliés des Etats-Unis qui ont participé aux négociations.

ats/ami

Publié le 07 octobre 2017

L'accord nucléaire de 2015

Signé en juillet 2015 à Vienne par l'Iran et les puissances du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu - Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine - plus l'Allemagne), le Plan d'action conjoint commun (JCPOA) engage Téhéran à limiter son programme nucléaire en échange d'un allègement des sanctions économiques.

D'après les inspecteurs de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA), Téhéran tient ses engagements.