Modifié le 06 octobre 2017

L'Etat présente ses excuses pour les violences policières en Catalogne

La violence des policiers espagnols contre les participants au référendum catalan avait choqué beaucoup d'Européens.
La violence des policiers espagnols contre les participants au référendum catalan avait choqué beaucoup d'Européens. [Emilio Morenatti - Keystone]
Le principal représentant de l'Etat espagnol en Catalogne s'est excusé vendredi au nom des policiers auprès des personnes blessées lors de l'intervention policière visant à empêcher le référendum sur l'indépendance.

"Je ne peux faire que le regretter, je présente mes excuses, au nom des agents qui sont intervenus", a déclaré le préfet Enric Millo à la télévision après avoir évoqué les images de blessés.

>> A lire aussi: La Suisse prête à s'engager pour la désescalade entre Madrid et la Catalogne

Par ailleurs, le président séparatiste catalan Carles Puigdemont a repoussé à mardi son intervention devant le parlement régional, initialement prévue pour lundi et au cours de laquelle il devait s'exprimer sur les conséquences du référendum d'autodétermination, a annoncé le gouvernement régional.

Apaisement côté catalan

Les séparatistes envisageaient une déclaration d'indépendance unilatérale au cours de cette séance.

La demande de Carles Puigdemont pourrait être interprétée comme un geste d'apaisement puisqu'il ne cherche pas à tout prix à maintenir la séance de lundi en dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle.

Il évoque dans cette demande de nouvelle séance "la situation politique" et non plus spécifiquement le "référendum".

reuters/afp/jc

Publié le 06 octobre 2017 - Modifié le 06 octobre 2017

Madrid appelle à l'élection d'un nouveau Parlement en Catalogne

Le gouvernement espagnol a appelé vendredi les séparatistes catalans à dissoudre leur Parlement et à convoquer des élections dans la région pour surmonter la crise entre Madrid et Barcelone.