Modifié le 03 octobre 2017

"Le niveau de la menace en France est extrêmement important"

Gérard Collomb s'était rendu à Marseille peu après l'attaque de Marseille.
Gérard Collomb s'était rendu à Marseille peu après l'attaque de Marseille. [Sébastien Nogier - Keystone/EPA]
La découverte de quatre bombonnes de gaz ce week-end à Paris et l'interpellation de cinq individus "montre que le niveau de la menace en France est extrêmement important", a estimé mardi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

"Tous ceux qui pensaient qu'il fallait desserrer la capacité de nos services à aller de l'avant, à essayer de regarder, d'avoir les renseignements, eh bien ils se trompaient", a jugé le ministre sur France Inter après la découverte de bonbonnes à Paris et après l'attaque terroriste à Marseille dimanche.

Le ministre a ajouté que "nous sommes toujours en état de guerre, même si le groupe Etat islamique a connu des défaites militaires. Et d'ajouter toutefois que pour l'EI, "tout est bon à revendiquer".

 

Un des individus était fiché

Gérard Collomb a aussi donné des précisions sur la découverte de quatre bonbonnes de gaz dans la nuit de vendredi à samedi dans le hall et à l'extérieur d'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, suite à l'appel d'un résident.

Il y a une nébuleuse qui est prête à venir en aide à celui qui est déjà fiché

Gérard Collomb

L'un des cinq individus qui ont été arrêtés en lien avec l'enquête est fiché pour radicalisation, a ainsi indiqué le ministre, ajoutant que ces personnes fichées sont surveillées, mais que l'existence de complicités pouvait permettre de passer au travers des mailles du filet.

A Paris, les enquêteurs ont retrouvé la présence d'hydrocarbures autour de bonbonnes ainsi qu'un téléphone portable avec des fils aux extrémités, s'apparentant à "un dispositif de mise à feu".

boi

Publié le 03 octobre 2017 - Modifié le 03 octobre 2017