Modifié

Facebook divulgue des détails sur des posts payés par des intérêts russes

Facebook veut désormais exiger davantage d'informations de la part d'annonceurs qui souhaitent publier des messages relatifs aux élection nationales américaines. [Stephan Jansen - Keystone]
Facebook veut désormais exiger davantage d'informations de la part d'annonceurs qui souhaitent publier des messages relatifs aux élection nationales américaines. [Stephan Jansen - Keystone]
Facebook a fourni lundi des détails sur les mystérieux messages payés par des intérêts russes, susceptibles d'avoir servi à manipuler l'opinion américaine lors de l'élection présidentielle de 2016.

Dans la ligne de mire du Congrès, qui enquête sur une possible ingérence russe dans la campagne électorale, le réseau social aux deux milliards d'utilisateurs a indiqué qu'environ "10 millions de personnes aux Etats-Unis ont vu ces messages". Accusé d'avoir d'abord tardé à réagir, Facebook multiplie désormais les communication sur ce sujet.

Moyennant finance, on peut sur les réseaux sociaux ou moteurs de recherche cibler des messages vers certaines audiences grâce à des algorithmes fondés sur le profil des utilisateurs. Ces contenus sponsorisés peuvent alors apparaître sur le fil d'actualités de certains utilisateurs.

Russie visée

Comme il s'y était engagé, Facebook a également indiqué avoir fourni lundi au Congrès le contenu de ces quelque 3000 messages postés entre 2015 et 2017 et financés par "une entité russe appelée Internet Research Agency".

Le Kremlin a nié à plusieurs reprises avoir tenté d'influencer la campagne électorale, qui avait abouti à l'élection de Donald Trump.

afp/br

Publié Modifié