Modifié le 19 juin 2018 à 07:26

Donald Trump dénonce "le mal absolu" de "l'odieuse" fusillade de Las Vegas

Tuerie de Las Vegas: la réaction du président Donald Trump
Tuerie de Las Vegas: la réaction du président Donald Trump 19h30 / 27 sec. / le 02 octobre 2017
Les messages de condoléances affluent lundi après la fusillade de Las Vegas, qui a fait près de 60 morts dimanche soir. En conférence de presse, Donald Trump a qualifié cet acte d'"odieux", dénonçant le "mal absolu".

A la suite de la fusillade, le président américain Donald Trump s'est exprimé devant la presse aux environs de 10h50 à Washington (16h50 heures suisse) sans apporter de précision sur le mobile du tueur. Il a toutefois dénoncé le "mal absolu" de ce geste "odieux."

Lors de cette allocution, Donald Trump a également remercié tous les secouristes et policiers qui ont permis d'éviter un bilan plus lourd. "Mélania et moi prions pour tous les Américains blessés" lors de la fusillade, a-t-il enfin ajouté.

En début d'après-midi, lui et la Première dame ont observé une minute de silence à la Maison Blanche.

Il a aussi indiqué qu'il se rendra mercredi à Las Vegas pour se rendre aux chevets des blessés et visiter les familles touchées par le deuil. Le bilan provisoire de la fusillade fait état de 58 morts et de plus de 500 blessés.

>> Lire aussi  Au moins 58 morts et 515 blessés après la fusillade à Las Vegas et Las Vegas, la pire fusillade de l'histoire récente des Etats-Unis

Plusieurs autres personnalités politiques ont réagi, à l'image du vice-président Mike Pence, de l'ancien président Barack Obama ou de la maire de Las Vegas Carolyn G.Goodman.

Brian Sandoval, le gouverneur du Nevada, où se trouve Las Vegas, a lui dénoncé un acte de violence haineux et tragique.

Condoléances venues de l'étranger

A l'étranger, plusieurs dirigeants ont aussi envoyé leurs condoléances à la ville de Las Vegas et aux autorités américaines, notamment les services de la Première ministre britannique Theresa May, le maire de Londres Sadiq Khan, le Premier ministre belge Charles Michel ou encore le président français Emmanuel Macron.

Via un télégramme, le pape François s'est dit "profondément attristé" en évoquant une "tragédie insensée". Le président russe Vladimir Poutine, a lui aussi adressé ses condoléances, estimant que "le crime, qui a pris la vie de dizaines de citoyens pacifiques, choque par sa cruauté".

boi/fme

Publié le 02 octobre 2017 à 17:13 - Modifié le 19 juin 2018 à 07:26