Publié le 01 octobre 2017

Atterrissage d'urgence pour un Airbus après une grosse panne de moteur

Un passager à bord de l'Airbus A380 a pris une photo du moteur qui a subi l'avarie.
Un passager à bord de l'Airbus A380 a pris une photo du moteur qui a subi l'avarie. [Marie-Dominique Schenk - DR]
Un super jumbo A380 d'Air France, qui assurait la liaison Paris-Los Angeles, a dû se poser en urgence au Canada samedi en raison d'une importante panne sur l'un de ses moteurs, sans dommages pour ses 520 occupants.

Les images diffusées par les passagers étaient assez spectaculaires, l'enveloppe entourant le réacteur ayant totalement disparu.

Pour une cause encore inconnue, l'appareil, un très gros porteur A380 construit par l'avionneur européen Airbus, qui avait décollé de Paris, a subi un "grave dommage" sur l'un de ses quatre réacteurs, a indiqué un porte-parole de la compagnie et les pilotes ont alors décidé de le dérouter.

Atterrissage au Canada

Il a atterri sur l'aéroport militaire de Goose Bay, au Labrador (est du Canada). Les passagers devaient repartir de Goose Bay dimanche matin.

Selon des témoignages de passagers recueillis par la télévision publique canadienne CBC, une sorte de détonation a été entendue, suivie d'un décrochage de l'avion, que l'équipage a rapidement maîtrisé.

>> Des images de l'atterrissage

ats/cab

Publié le 01 octobre 2017

Réacteurs spécialement conçus

Les A380 d'Air France sont équipés de réacteurs GP7200, spécialement conçus pour ces avions, les plus gros du monde à deux étages de passagers, réalisés par l'association des deux motoristes américains General Electric et Pratt and Whitney (United Technologies Corp).

Le GP7200 est issu des programmes de réacteurs à grande capacité GE90 de General Electric et PW4000 de Pratt and Whitney. Air France a été la première compagnie à choisir ce réacteur en 2001 lorsqu'elle a commandé ses gros porteurs. Il est entré en service en 2009 dans la compagnie.