Modifié le 01 octobre 2017 à 15:07

Le discours anti-raciste d'un chef militaire américain devient viral

Un général de l'US Air Force Academy dénonce le racisme
Un général de l'US Air Force Academy dénonce le racisme L'actu en vidéo / 1 min. / le 30 septembre 2017
Après avoir découvert des insultes racistes dans son établissement, le directeur d'une académie militaire américaine a livré devant les étudiants un discours prônant la diversité, qui fait le tour du monde depuis vendredi.

"Si vous n'êtes pas capable de traiter quelqu'un d'un autre groupe ethnique ou d'une autre couleur de peau avec dignité et respect, alors vous devez partir", a déclaré aux élèves officiers le général Jay Silveria, directeur de l'Académie de l'armée de l'air (USAFA) à Colorado Springs, dans l'Etat du Colorado.

Cinq étudiants noirs en année préparatoire à cette école, qui forme les futurs officiers de l'armée de l'air américaine, avaient trouvé lundi des injures racistes sur leur porte. L'un d'eux a posté sur Facebook une photo d'une ardoise sur laquelle était écrit: "Rentre chez toi, le Nègre."

Réaction saluée

Jeudi, le directeur de l'académie a réuni enseignants et étudiants à l'heure du déjeuner, pour leur rappeler que "ce genre de comportement n'a sa place ni dans les classes préparatoires, ni à l'académie, ni dans l'armée de l'air".

Sa réaction est largement saluée depuis sur les réseaux sociaux et a été montrée en boucle sur les chaînes de télévision américaines.

afp/ptur

Publié le 30 septembre 2017 à 17:26 - Modifié le 01 octobre 2017 à 15:07

Climat de tensions raciales

L'incident de l'académie militaire dans le Colorado intervient en pleine polémique sur la vague de protestations chez les joueurs de football américain qui s'agenouillent pendant l'hymne national, un moyen symbolique de dénoncer le racisme aux Etats-Unis. Donald Trump a violemment critiqué leur attitude, leur reprochant un manque de patriotisme.

A la mi-août, les plus hauts gradés de l'armée américaine s'étaient désolidarisés des propos ambigus et des atermoiements du président américain, après les violences racistes qui ont secoué la petite ville de Charlottesville, où certains manifestants se réclamant de l'extrême droite arboraient des uniformes ou insignes de l'armée.