Modifié

Recrudescence des représailles visant les défenseurs des droits de l'homme

De la détention arbitraire à la torture en passant par des menaces, l'enlèvement ou des violences sexuelles, les abus contre les défenseurs des droits humains sont nombreux. [Emrah Gurel - Keystone]
De la détention arbitraire à la torture en passant par des menaces, l'enlèvement ou des violences sexuelles, les abus contre les défenseurs des droits humains sont nombreux. [Emrah Gurel - Keystone]
Les représailles contre les défenseurs des droits de l'homme qui collaborent avec les Nations Unies ont atteint un record dans le monde en un an. L'ONU a dénoncé mercredi à Genève un constat "répugnant".

Au total, 29 pays sont ciblés dans le rapport du secrétaire général présenté devant le Conseil des droits de l'homme sur la période de juin 2016 à mai dernier, contre 20 pour le dernier record. Parmi eux, 11 Etats sont membres de l'enceinte onusienne à Genève.

Depuis le lancement de ces rapports annuels en 2010, la Chine et l'Arabie saoudite ont été mentionnées à six reprises. Le Bahreïn, l'Iran et le Sri Lanka cinq fois, devant l'Algérie, Israël, le Soudan, le Tadjikistan et le Venezuela.

L'ONU doit "faire davantage"

Devant le Conseil, le sous-secrétaire général aux droits de l'homme Andrew Gilmour a dit ne pas voir de devoir plus important pour les membres ou le personnel de l'ONU que "de faire davantage" pour protéger ces personnes. De la détention arbitraire à la torture en passant par des menaces, l'emprisonnement à l'isolement, l'enlèvement ou des violences sexuelles, les abus sont nombreux.

ats/kkub

Publié Modifié