Modifié le 16 septembre 2017 à 11:33

Offensive de l'armée irakienne pour déloger l'EI du bassin de l'Euphrate

Des membres des forces armées irakiennes lors de leur offensive victorieuse fin août pour reprendre la ville de Tal Afar.
Des membres des forces armées irakiennes lors de leur offensive victorieuse fin août pour reprendre la ville de Tal Afar. [Thaier Al-Sudani - REUTERS]
Les autorités irakiennes ont annoncé samedi le déclenchement d'une offensive visant à chasser les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) d'une région à la frontière avec la Syrie, située au sud de l'Euphrate.

L'offensive dans la région d'Akachat, riche en gaz naturel, vise à permettre à terme la libération de villes de la vallée de l'Euphrate qui restent sous le contrôle de l'EI, dont la ville-frontière d'al-Kaïm, ont précisé les autorités.

L'armée irakienne est appuyée militairement par la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis et par les unités paramilitaires dites du Hachd al-Chaabi.

Victoires en série

L'armée irakienne a remporté des victoires importantes cette année face aux djihadistes de l'autoproclamé Etat islamique. Elle a notamment parachevé la libération de la ville de Mossoul puis délogé les combattants extrémistes de celle de Tal Afar.

L'EI s'était emparé de Tal Afar en 2014, et son occupation a eu pour effet d'aggraver les divisions confessionnelles entre chiites et sunnites parmi les Turkmènes d'Irak. Après la reprise de Mossoul en juillet, la ville était le dernier bastion urbain de taille encore aux mains de l'EI.

reuters/rens

Publié le 16 septembre 2017 à 11:19 - Modifié le 16 septembre 2017 à 11:33

La ville-frontière d'al-Kaïm en Irak