Modifié

Donald Trump signe une résolution condamnant les suprémacistes blancs

Les propos ambivalents de Donald Trump après les évènements de Charlottesville avaient choqué. [Kevin Lamarque - REUTERS]
Les propos ambivalents de Donald Trump après les évènements de Charlottesville avaient choqué. [Kevin Lamarque - REUTERS]
Après les violences racistes de Charlottesville, en août dernier, le président des Etats-Unis Donald Trump a promulgué jeudi une résolution du Congrès rejetant les "nationalistes blancs" et les "suprémacistes blancs".

Le président états-unien a signé la résolution qui "rejette les nationalistes blancs, les suprémacistes blancs, le Ku Klux Klan, les néo-nazis et les autres groupes prônant la haine".

Cette résolution a été adoptée cette semaine à l'unanimité par le Congrès des Etats-Unis, d'abord par le Sénat lundi, puis par la Chambre des représentants mardi.

Propos ambivalents après Charlottesville

Le texte a été rédigé pour condamner officiellement les violences de Charlottesville au cours desquelles une manifestante antiraciste a été tuée par un sympathisant néo-nazi fonçant dans la foule avec sa voiture. Au total, 19 personnes avaient été blessées ce jour-là.

Quelques jours après le drame, un commentaire ambivalent de Donald Trump avait indigné une grande partie de la classe politique états-unienne. Tout en condamnant les suprémacistes blancs et les néo-nazis, il avait déclaré qu'il y avait des torts "des deux côtés". Il avait notamment évoqué les "antifas", les militants antifascistes parfois violents.

ats/rens

Publié Modifié

"Aussi des sales types de l'autre bord"

S'adressant aux journalistes à bord d'Air Force One en rentrant de Floride, où il a constaté jeudi les dégâts de l'ouragan Irma, Donald Trump a répété qu'il avait eu raison de déclarer que les deux camps étaient responsables des violences à Charlottesville. Le président états-unien a estimé que des violences provoquées par des militants antifascistes fin août en Californie lui avaient donné raison.

"Je crois qu'à la lumière de l'émergence des 'antifa', quand on regarde ce qui se passe, il y a aussi des sales types de l'autre bord. Et c'est essentiellement ce que j'ai dit", a déclaré le président.