Modifié le 14 septembre 2017

Des poursuites contre les fouilles du gouvernement américain

Le gouvernement américain poursuivi pour avoir intensifié les fouilles d'appareils électroniques de voyageurs en provenance de l'étranger.
Le gouvernement américain poursuivi pour avoir intensifié les fouilles d'appareils électroniques de voyageurs en provenance de l'étranger. [ - AP Photo/John Locher]
Des associations de défense des droits civiques accusent les autorités d'intensifier les fouilles dans les téléphones portables et les ordinateurs des voyageurs arrivant aux Etats-Unis.

La puissante Association américaine de défense des libertés civiques (ACLU) et l'Electronic Frontier Foundation, groupe de réflexion spécialisé dans les droits civiques à l'ère numérique, ont saisi la justice contre le département de la Sécurité intérieure et deux agences de l'immigration.

Les deux associations leur reprochent les recherches effectuées dans les ordinateurs et téléphones portables de dix citoyens américains et un résident permanent, parmi lesquels des musulmans, de retour d'un séjour à l'étranger.

L'enjeu des données personnelles

Dans certains cas, les appareils ont été confisqués pendant plusieurs mois, selon la plainte déposée. Aucun des propriétaires des appareils confisqués n'a cependant été accusé d'un quelconque crime ou méfait.

"Le gouvernement ne peut pas se servir des frontières comme d'un filet pour ensuite rechercher dans nos données personnelles", a estimé dans un communiqué une responsable de l'ACLU, Esha Bhandari.

ATS/cgu

Publié le 14 septembre 2017 - Modifié le 14 septembre 2017

Augmentation des recherches

Plus de 15'000 recherches dans des appareils électroniques ont été réalisées au cours de la première moitié de 2017 contre 19'000 pour toute l'année 2016, et 8500 en 2015, selon l'ACLU.

"Le quatrième amendement (de la Constitution américaine) requiert du gouvernement qu'il dispose d'un mandat de perquisition avant de pouvoir examiner le contenu de téléphones portables ou d'ordinateurs à la frontière", ajoute le communiqué.

Ni le département de Sécurité intérieure ni le service des douanes et de protection des frontières n'ont réagi dans l'immédiat concernant cette plainte déposée devant la cour fédérale du Massachusetts.