Modifié le 06 septembre 2017 à 20:56

L'ouragan Irma provoque d'importants dégâts matériels dans les Antilles

Irma texte
En image, cinq choses à savoir sur l'ouragan Irma L'actu en vidéo / 2 min. / le 06 septembre 2017
L'ouragan Irma, "d'une intensité sans précédent sur l'Atlantique", a frappé mercredi les îles antillaises Saint-Barthélémy et Saint-Martin, faisant des dégâts matériels "déjà importants", selon une ministre française.

L'ouragan de catégorie 5, soit le maximum sur l'échelle d'intensité des ouragans, se déplace vers l'ouest-nord-ouest à 22 km/h et menace désormais Anguilla, les îles vierges britanniques, la pointe est de Porto Rico et peut-être Haïti.

L'oeil du cyclone, d'environ 50 km de diamètre, est resté environ 1h30 sur l'île française Saint-Barthélémy et a ensuite touché l'île franco-néerlandaise Saint-Martin. La mer "déferle avec une extrême violence" sur les rivages, et il y a "submersion majeure des parties basses du littoral", souligne Météo France.

Irma, qui devrait demeurer un puissant cyclone de catégorie 4 ou 5 dans les 48 heures à venir, a été classée par le Centre des ouragans américain (NHC) comme l'un des cinq plus puissants ouragans de l'océan Atlantique de ces 80 dernières années. La catégorie 5 est le niveau maximal sur l'échelle Saffir-Simpson d'intensité des cyclones.

>> Voir Irma en temps réel, selon EarthWindMap:

 

"Avec ses vents maximaux de 295 km/h près de son centre et des rafales à 360 km/h, (Irma) constitue un phénomène extrêmement dangereux", insistent les services de Météo-France.

>> Mise en perspective de l'Observatoire français des orages et tornades:

Dégâts matériels importants

"Les dégâts matériels sont déjà importants", a déclaré Annick Girardin, la ministre française des Outre-mer, évoquant des "toitures arrachées".

Le phénomène semble en revanche avoir épargné l'île française de la Guadeloupe, plus au sud des Antilles, où l'alerte rouge cyclone a été levée mercredi matin. Le territoire est passé en vigilance orange "fortes pluie et orages" et "mer dangereuse".

>> L'oeil de l'ouragan dans une vidéo publiée par la Nasa:

 

Direction Floride

Le cyclone devrait se diriger au cours des jours suivants vers la Floride en passant par Haïti et Cuba. L'ouragan devrait toucher samedi le sud de l'Etat américain.

Le gouverneur de Floride, Rick Scott, a déclaré que son Etat était en situation d'"urgence". Les touristes à Key West, une station balnéaire très prisée de l'archipel des Keys, au sud de la Floride, ont reçu mardi un ordre d'évacuation, qui devrait être rapidement étendu aux habitants.

>> Lire aussi: Les Caraïbes, en état d'alerte, attendent l'arrivée de l'ouragan Irma

Population haïtienne pas prévenue

La ministre française des Outre-mer, Annick Girardin, a exprimé mercredi la "plus forte inquiétude" du gouvernement pour Saint Barthélémy et St-Martin, où environ 7000 personnes ont refusé de se mettre "à l'abri".

A Haïti en revanche, la population est à peine prévenue de l'arrivée d'Irma. Selon l'AFP, dans les quartiers pauvres de la deuxième ville du pays, Cap-Haïtien, avec leurs abris aux toits de tôle qui ne résisteront pas à des vents trop violents, personne n'était au courant.

agences/fme

Publié le 06 septembre 2017 à 19:31 - Modifié le 06 septembre 2017 à 20:56

"Les vents atteignent 340 km/h en rafales"

La RTS a pu joindre le journaliste de Radio France Mikael Bastide, actuellement sur l'île de Saint-Martin, qui se trouve sur la trajectoire d'Irma. "Les vents atteignent 280 km/h, voire 340 km/h en rafales", témoigne-t-il dans le 12h30.

"Cela fait quatre heures que les vents soufflent. Nous sommes calfeutrés dans une maison, non loin de Marigot, la capitale de Saint-Martin (…) et je peux vous dire que le bruit du vent est assez impressionnant. On l’entend frapper les volets ou cogner les murs", précise-t-il.

>> L'interview de Mikael Bastide:

L'Ile de Barbuda, au nord des Antilles