Modifié

La Corée du Nord menace le Japon d'"autodestruction imminente"

La trajectoire du missile nord-coréen qui a survolé le Japon le 29 août dernier, sur un panneau d'affichage à Tokyo. [Kim Kyung-Hoon - Reuters]
La trajectoire du missile nord-coréen qui a survolé le Japon le 29 août dernier, sur un panneau d'affichage à Tokyo. [Kim Kyung-Hoon - Reuters]
La Corée du Nord a prévenu Tokyo qu'il risquait "l'autodestruction imminente" pour s'être aligné sur Washington. Les tensions dans la région se sont accrues depuis le tir d'un missile nord-coréen au-dessus du Japon.

Pyongyang a alarmé la communauté internationale mardi en tirant un missile balistique de portée intermédiaire au-dessus de l'archipel nippon. Elle s'est attiré un déluge de condamnations de la part de plusieurs pays, au premier rang desquels les Etats-Unis et le Japon.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a dénoncé une "menace grave et sans précédent". Puis il a convenu avec le président américain Donald Trump de renforcer "la pression" sur la Corée du Nord.

>> Lire aussi: La Corée du Nord effectue un tir de missile au-dessus du Japon

Japon dénoncé dans un éditorial

Dans un éditorial publié mercredi, l'agence officielle nord-coréenne KCNA a fustigé l'ancienne puissance coloniale: "Le Japon s'est retroussé les manches pour soutenir les opérations anti-Corée du Nord de son maître".

"La connexion militaire" des alliés est devenue une "grave menace" pour la péninsule coréenne et le Japon "ne sait pas" qu'il "accélère son autodestruction", ajoute KCNA. L'agence fait une référence spécifique aux bases américaines sur Hokkaido, l'île du nord de l'archipel survolée par le missile nord-coréen.

Risque de "destruction imminente"

Pyongyang poursuit en prévenant le Japon qu'il ne doit pas suivre aveuglément les Etats-Unis car il risque "la destruction imminente". La Corée du Nord a prévenu que d'autres tirs de missiles allaient suivre avec le Pacifique pour cible.

Le régime nord-coréen est ultra-nationaliste et le ressentiment contre les Etats-Unis et le Japon sert en partie à sa légitimation. Pyongyang a expliqué avoir choisi la date du 29 août pour tirer son dernier missile afin de marquer le 107e anniversaire du "scandaleux" traité d'annexion de la Corée par Tokyo, signé en 1910.

ats/ebz

Publié Modifié

Budget record requis par le ministère japonais de la Défense

Le ministère japonais de la Défense a requis jeudi un budget record pour l'année d'avril 2018 à mars 2019, afin de renforcer son arsenal face à la menace nord-coréenne.

Une enveloppe de quelque 5,255 milliards de yens (40 milliards d'euros au taux de change actuel) est souhaitée, à comparer à un budget initial de 5,125 milliards accordés en 2017/18, soit une progression de 2,54%.

Le ministère justifie ces besoins par la nécessité de compléter ses moyens afin de mieux répondre au danger que représentent les tirs répétés de missiles de la Corée du Nord.

Le budget envisagé intègre le projet d'achat d'autres batteries de missiles SM-3, des nouveaux systèmes de radars et de détection ainsi qu'un dispositif d'armement Aegis terrestre venant compléter celui embarqué à bord de navires.