Modifié le 04 août 2017 à 18:50

Quatre inculpations suite aux fuites d'informations de la Maison Blanche

Jeff Sessions a lancé la traque aux responsables des fuites en provenance de la Maison Blanche.
Fuites: le ministre américain de la Justice annonce l'inculpation de quatre personnes Forum / 1 min. / le 04 août 2017
Le ministre américain de la Justice a annoncé l'inculpation de quatre personnes pour divulgation d'informations confidentielles. Il présentait ce vendredi des mesures pour endiguer le nombre "sidérant" de fuites de la Maison Blanche.

"Je condamne en les termes les plus forts le nombre stupéfiant de fuites qui entravent l'action de notre gouvernement", a déclaré à Washington Jeff Sessions. "Ces fuites sont dommageables pour notre pays", a-t-il poursuivi.

Le ministre de la Justice, accusé de ne pas avoir été assez "ferme" contre les divulgations d'informations confidentielles, a fait l'objet de récentes critiques du président. Il est maintenant sous pression pour frapper dur contre ceux accusés de saper la sécurité nationale en parlant trop aux médias.

Fuites quasi-quotidiennes

Dans un contexte alourdi par l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle, par la valse des conseillers les plus proches du président et par les règlements de comptes au sein de l'exécutif, le feuilleton des fuites est devenu quasi-quotidien depuis six mois.

Ces indiscrétions alimentant la presse couvrent un large spectre mais ont en commun d'ulcérer Donald Trump, notamment lorsqu'elles dépeignent un climat de défiance à la Maison Blanche ou qu'elles accréditent des liens répétés en 2016 entre des responsables russes et des membres de l'équipe de campagne présidentielle du milliardaire.

Sur plusieurs fronts diplomatiques plus ou moins chauds, des récentes fuites ont aussi plongé dans l'embarras le président, ou donné une image peu flatteuse de lui.

Même l'ex-directeur du FBI

Le procédé a même été utilisé par James Comey, l'ex-directeur du FBI limogé par Donald Trump, qui a reconnu avoir lui-même transmis à la presse des notes sur ses rencontres avec le président américain, afin de provoquer la nomination du procureur spécial Robert Mueller sur les ingérences russes dans l'élection.

Ce dernier a constitué un grand jury dans cette enquête, compliquant ainsi la tâche du président si ce dernier avait pour intention de le renvoyer. Cette dernière fuite a encore fait enrager le maître de la Maison Blanche.

>> Lire aussi: L'enquête sur l'ingérence russe avance avec la constitution d'un "grand jury"

afp/mre

Publié le 04 août 2017 à 17:34 - Modifié le 04 août 2017 à 18:50