Modifié

L'ex-président péruvien Humala condamné à 18 mois pour blanchiment

Ollanta Humala et son épouse quittant leur domicile pour le tribunal. [Guadalupe Pardo - Reuters]
Ollanta Humala et son épouse quittant leur domicile pour le tribunal. [Guadalupe Pardo - Reuters]
L'ancien président péruvien Ollanta Humala et son épouse ont été condamnés jeudi à 18 mois de prison préventive pour blanchiment d'argent lors de la campagne présidentielle 2011.

La demande de détention provisoire par le parquet s'était fondée notamment sur le témoignage de l'ancien patron d'Odebrecht, Marcelo Odebrecht. Le couple est accusé d'avoir reçu 3 millions de dollars de la part du géant brésilien de la construction.

Selon le procureur, l'ancien président a accepté des fonds illicites de deux sociétés du BTP, Odebrecht et OAS, pour financer ses campagnes présidentielles de 2006 et 2011.

Ollanta Humala a nié à de nombreuses reprises avoir reçu un financement illégal pour sa campagne.

Un scandale touchant de nombreux pays

Peu après l'annonce de la décision, Ollanta Humala et son épouse sont arrivés au tribunal pour se livrer à la justice à bord d'une voiture précédée par un cortège de véhicules de la police, selon les images des télévisions locales.

Le scandale de corruption Petrobras/Odebrecht, qui passe par des banques suisses, touche de très nombreux politiciens latino-américains, du Brésil à l'Argentine, en passant par le Panama.

ats/mre

Publié Modifié

Deuxième président concerné

C'est la deuxième fois que le juge Richard Concepcion réclame le placement en détention d'un ex-président, depuis qu'a éclaté ce vaste scandale de corruption au Brésil.

L'ex-chef de l'Etat Alejandro Toledo, qui serait aux Etats-Unis, a refusé de se présenter aux autorités, cette année, alors même que Concepcion avait ordonné son incarcération en préventive pour corruption.