Modifié

Avant le G20, Angela Merkel tire à boulets rouges sur Donald Trump

Angela Merkel veut un plan d'urgence pour lutter contre le réchauffement climatique [RTS]
Angela Merkel veut un plan d'urgence pour lutter contre le réchauffement climatique / 19h30 / 2 min. / le 29 juin 2017
Angela Merkel s'est livrée jeudi à une charge en règle contre Donald Trump avant un sommet du G20 en Allemagne qui s'annonce houleux. Elle a critiqué son cap protectionniste et son retrait de l'accord sur le climat.

La chancelière allemande s'est gardée de citer le nom du président des Etats-Unis dans un discours à la chambre des députés. Mais elle n'a pas laissé de doute sur la cible qu'elle visait.

Aucun des grands défis internationaux "ne connaît de frontière, c'est pourquoi, plus que jamais aujourd'hui, ceux qui croient pouvoir régler les problèmes du monde par le protectionnisme et l'isolationnisme commettent une énorme erreur", a-t-elle déclaré.

Relations tendues entre Washington et Berlin

La chancelière s'est fixée comme objectif de la réunion prévue à Hambourg la semaine prochaine, à laquelle participeront notamment les chefs d'Etat américain et russe, que "les dirigeants (du G20) montrent qu'ils comprennent leur responsabilité" pour la planète tout entière "et l'assument". Elle a dénoncé le "chacun pour soi national".

Les relations entre Berlin et Washington, au beau fixe sous l'ère Barack Obama, sont particulièrement tendues depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

afp/rens

Publié Modifié

Appel pour des manifestations "pacifiques"

La chancelière allemande Angela Merkel a exhorté les nombreux opposants anti-capitalistes attendus la semaine prochaine au sommet du G20 de Hambourg à manifester de manière "pacifique".


"Nous savons qu'il y aura des manifestations et cela est plus que légitime dans une démocratie", a-t-elle déclaré lors d'un discours à la chambre des députés portant sur la réunion des dirigeants des principales économies mondiales prévue les 7 et 8 juillet dans la ville hanséatique allemande.


Les organisateurs attendent plus de 100'000 manifestants tandis que la police estime à entre 7000 et 8000 le nombre d'extrémistes de gauche pouvant faire usage de la violence.