La République en marche en tête du premier tour des législatives françaises.

Le suivi des législatives françaises

Publié le 11 juin 2017 à 17:05 - Modifié le 12 juin 2017 à 08:27

Vers une large majorité à l'Assemblée pour La République en marche d’Emmanuel Macron

- Le parti du président français Emmanuel Macron se dirige vers un raz-de-marée aux législatives après le premier tour dimanche. La République en marche pourrait disposer d'une large majorité de 415 à 455 sièges à l'Assemblée nationale, selon l'estimation de l'institut Ipsos.

- Le scrutin est marqué par une abstention de 51,29%, un record dans l'histoire de la Ve République, ainsi que par une débâcle historique du Parti socialiste et de certaines de ses figures.

- Le second tour de ces législatives se tiendra dimanche 18 juin. Au total, plus de 47 millions d'électeurs sont appelés à désigner leurs 577 députés.

Suivi assuré par Tamara Muncanovic et Victorien Kissling

Événements clés
Afficher
Masquer

  • Lundi 07h00

    Les résultats définitifs du premier tour

    Le Ministère de l'intérieur a publié lundi matin sur Twitter les résultats définitifs du premier tour des élections législatives françaises.

    Selon ces chiffres, l'abstention atteint le taux record de 51,29%. L'alliance La République en marche/Modem totalise 32,32% des suffrages exprimés. Suivent la droite Les Républicains-UDI-DVD à 21,56% et le Front national à 13,20%. La France insoumise et le PCF ont rassemblé 13,74% des voix, et la gauche PS-PRG-DVG 9,51%.

    Seuls quatre députés ont été élus au premier tour, tandis que 573 circonscriptions sont en ballottage, annonce également le Ministère de l'intérieur. Pour le second tour, 572 duels et une triangulaire (LREM-LR-FN) sont attendus.

  • 00h00

    Vers une large majorité pour La République en marche

    Emmanuel Macron s'achemine vers une très large majorité à l'Assemblée nationale qui lui permettrait de mener ses réformes au pas de charge et sans constituer d'alliances toujours synonymes de compromis et de risques d'instabilité politique.

    A l'issue du premier tour des élections législatives marqué par un taux d'abstention record, les instituts de sondage estiment que le mouvement du président et son allié, le MoDem, pourraient remporter plus de 400 sièges dimanche prochain, soit nettement plus que la majorité (289).

    La faible participation limitera le nombre de triangulaires au second tour le 18 juin, le seuil de qualification (12,5% des inscrits, soit 26% des suffrages exprimés avec une abstention à 51,2%) devenant difficile à atteindre.

    >> Tous les résultats définitifs sur la carte ci-dessous:

    >> Les estimations du rapport de force national:

  • 23h58

    Angela Merkel félicite Emmanuel Macron

    La chancelière allemande Angela Merkel a félicité dimanche soir le président français Emmanuel Macron pour le "grand succès" de son parti aux élections législatives.

    "Chancelière Merkel: 'mes félicitations sincères à Emmanuel Macron pour le grand succès de son parti au 1er tour. Un vote pour des réformes'", a tweeté le porte-parole de la chancelière, Steffen Seibert.

  • 23h52

    Mélenchon en ballottage favorable

    Jean-Luc Mélenchon, dont le mouvement obtiendrait environ 11 % des suffrages au niveau national, se prépare un second tour plus tranquille dans la quatrième circonscription de Marseille où il se retrouve en ballottage favorable face à la candidate LREM Corinne Versini.

    Le leader de La France insoumise a terminé en tête dans cette circonscription traditionnellement ancrée à gauche, comme il l'avait fait pour le premier tour de la présidentielle, en obtenant plus de 33% des suffrages, soit dix points de mieux que la candidate de la majorité présidentielle.

  • 23h40

    La Modem Marielle de Sarnez en tête à Paris

    Marielle de Sarnez, vice-présidente du Modem et ministre des Affaires européennes, a indiqué être "largement en tête" dans la 11e circonscription de Paris.

    La proche de François Bayrou a recueilli 41,27% des voix et devance le candidat Les Républicains.

    La Modem Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes, a voté à Paris.
    La Modem Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes, a voté à Paris. [Patrick KOVARIK - AFP]

  • 23h36

    Najat Vallaud-Belkacem en 2e position près de Lyon

    A Villeurbanne, près de Lyon, l'ancienne ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem s'est qualifiée pour le second tour de dimanche prochain, mais loin derrière le candidat La République en marche. Elle a obtenu 16,54% des voix, contre 36,69% pour Bruno Bonnell.

    L'ancienne ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem a voté à Villeurbanne où elle se présente.
    L'ancienne ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem a voté à Villeurbanne où elle se présente. [Jeff PACHOUD - AFP]

    "Ce qui restera à trancher la semaine prochaine, c'est la question du pluralisme à l'Assemblée", a-t-elle réagi au sujet des résultats nationaux.

  • 23h17

    Vague En marche en France voisine

    La France voisine n'a pas été épargnée par la vague macronienne. Dans les six départements frontaliers, tous les candidats de La République en Marche ou leurs alliés du Modem se retrouveront au second tour dimanche prochain.

    Les candidats LREM ou Modem arrivaient en tête de 21 des 27 circonscriptions de la région, selon les résultats publiés dimanche soir sur le site du ministère de l'Intérieur.

    Dans la plupart des cas, les macronistes seront opposés au second tour à un candidat du parti Les Républicains (LR) ou leurs alliés de l'UDI (centristes). Dans trois cas, des "Marcheurs" affronteront des candidats du Front national. A deux occasions, les candidats LREM seront opposés à des rivaux estampillés "divers droite".

    Dans le Doubs se déroulera un duel LREM/socialiste. A noter un second tour entre un écologiste et un candidat LR dans une autre circonscription de ce département, où aucun candidat macroniste ne se présentait.

  • 23h04

    L'écologiste Cécile Duflot éliminée

    Cécile Duflot, ancienne ministre du Logement et patronne d'Europe Ecologie - Les Verts, a été éliminée au premier tour à Paris, selon des résultats partiels, tout comme l'ancienne ministre écologiste Emmanuelle Cosse, candidate en Seine-Saint-Denis.

    Emmanuelle Cosse et Cécile Duflot à Paris en février 2016.
    Emmanuelle Cosse et Cécile Duflot à Paris en février 2016. [MATTHIEU ALEXANDRE - AFP]

    Plusieurs anciens ministres ou responsables de partis ont été éliminés dès le premier tour dimanche.

    >> Tour d'horizon: Ces figures de la politique française éliminées au 1er tour des législatives

  • 22h55

    Manuel Valls en position favorable

    L'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls annonce être arrivé en tête dans sa circonscription de l'Essonne.

    "Malgré la confusion - je n'avais aucune investiture officielle, comme vous le savez - il y avait d'autres candidats qui se réclamaient de la majorité présidentielle, j'arrive nettement en tête du premier tour, avec 25,5% des voix, devant La France insoumise, avec 17,6%", a-t-il déclaré devant les caméras.

    "C'est un choix de clarification pour ceux qui veulent la réussite de ce quinquennat, je m'inscris dans cette majorité présidentielle", a-t-il ajouté.

  • 22h52

    Trois candidats déjà élus

    Trois candidats ont été élus au premier tour des législatives, selon des résultats encore partiels:

    - Napole Polutele (divers gauche) à Wallis et Futuna

    - Paul Molac (LREM) dans le Morbihan

    - Stéphane Demilly (UDI) dans la Somme

    >> Tous les résultats définitifs sur la carte ci-dessous:

  • 22h35

    Benoît Hamon annonce son élimination

    L'ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a annoncé son élimination au premier tour dans les Yvelines, à l'ouest de Paris, "à 80 voix près".

  • 22h32

    Une abstention record estimée à 51,2%

    Le taux d'abstention final s'élèverait à 51,2%, selon la dernière estimation Ipsos/Sopra Steria. Le record d'abstention enregistré en 2012 (42,8%) serait largement battu de plus de huit points.

    Cette faible participation limitera le nombre de triangulaires au second tour le 18 juin, le seuil de qualification (12,5% des inscrits, soit 26% des suffrages exprimés avec une abstention à 51,2%) devenant difficile à atteindre. Un suspense moindre est donc à attendre dimanche prochain.

  • 22h28

    Richard Ferrand arrivé en tête dans le Finistère

    "Les Finistériens et Finistériennes ont réitéré leur confiance, à hauteur de presque 34%. Ils ont jugé, ils me connaissent", a déclaré Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, pris dans une affaire de montage immobilier avec sa compagne.

    Le proche d'Emmanuel Macron est arrivé premier dans sa circonscription du nord-ouest de la France.

    Richard Ferrand en tête dans sa circonscription du Finistère
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

  • 22h19

    Entre 415 et 455 sièges pour En marche

    Selon la projection mise à jour à 22h00 par Ipsos/Sopra Steria, La République en marche pourrait disposer de 415 à 455 sièges à l'Assemblée française, Les Républicains de 70 à 110 sièges, suivis par le PS (20 à 30), La France insoumise (8 à 18) et le Front national (1 à 5):

  • 22h05

    Jean-Christophe Cambadélis éliminé

    Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a reconnu sa défaite au premier tour des législatives dans le 19e arrondissement de Paris. Dans de nombreux bureaux de vote, celui qui était élu depuis une vingtaine d'années est arrivé à la quatrième ou cinquième position. Selon des résultats partiels, le candidat La République en marche Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat au numérique, serait premier, suivi de la candidate de La France insoumise.

    Jean-Christophe Cambadelis, Premier secrétaire du Parti socialiste.
    Jean-Christophe Cambadelis, Premier secrétaire du Parti socialiste. [GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP]

  • 22h02

    La stratégie de La République en marche

    "Le résultat du premier tour, aussi bon soit-il, doit nous inviter à l'humilité et à la responsabilité", a indiqué Catherine Barbaroux, présidente de La République en marche, lors d'une allocution au QG du parti à Paris.

    Elle a précisé que le parti était prêt à retirer ses candidats dans les circonscriptions où cette manœuvre permettrait de barrer la route à un candidat du Front national.

    La stratégie de La République en marche pour le 2e tour
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

  • 21h58

    François Ruffin qualifié dans la Somme

    Le documentariste François Ruffin, candidat sous la bannière La France insoumise, s'est qualifié pour le second tour dans la première circonscription de la Somme.

    François Ruffin devant l'usine Whirlpool à Amiens en mai dernier.
    François Ruffin devant l'usine Whirlpool à Amiens en mai dernier. [PHILIPPE HUGUEN - AFP]

    Le réalisateur de "Merci patron!" est arrivé deuxième, après le candidat de La République en marche. Le comédien Franck De Lapersonne, représentant du FN, est troisième.

  • 21h40

    Les estimations des voix

    Selon les dernières estimations, la République en marche obtiendrait 32,2% des voix, largement devant les Républicains (21,5%) et le Front national (14%)

  • 21h27

    Consignes de vote Les Républicains

    Les Républicains (LR) étudieront au cas par cas l'attitude à suivre dans les circonscriptions où le Front national est qualifié au second tour des législatives, a déclaré dimanche le secrétaire général du parti, Bernard Accoyer.

    "Ce qui compte pour nous, c'est de faire campagne, d'expliquer ce qu'est le programme d'En marche et juger dans chaque circonscription, en fonction de la situation du premier tour, si nous donnons une consigne de vote, s'il faut en donner une", a-t-il ajouté.

    Le secrétaire général du parti a cependant évacué la possibilité de désistements car, selon lui, il n'y aura pas de triangulaires au second tour compte tenu de la faible participation dimanche.

    Ces dernières semaines, François Baroin, chargé de jouer les chefs d'orchestre de la campagne à droite, a prôné la fin du "ni-ni", consistant à ne pas faire de choix lorsque le FN est qualifié, et plaidé pour une stratégie de désistements.

  • 21h20

    Anciens ministres éliminés

    Dans le Loir-et-Cher, l'ancienne secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy Rama Yade a été éliminée dès le premier tour.

    De même, Matthias Fekl, qui a brièvement été le ministre de l'Intérieur de François Hollande, n'a pas passé le cap du premier tour dans sa circonscription de Lot-et-Garonne, tout comme Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture, en Moselle.

    Le socialiste Jean Glavany, ministre de l'Agriculture dans le gouvernement de Lionel Jospin, a également été éliminé dimanche, arrivant en troisième position dans les Hautes-Pyrénées avec 14,61% des suffrages exprimés. Le PS Patrick Menucci ne sera non plus pas présent au second tour à Marseille.

  • 21h00

    "La France est de retour"

    Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré que le faible taux de participation était "une conséquence de la démobilisation des partis politiques qui n'ont pas su trouver un second souffle après leur défaite à l'élection présidentielle".

    Edouard Philippe salue "une République rassemblée"
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

    Toutefois, selon lui, le résultat confirme "sans ambiguïté leur soutien" à Emmanuel Macron. "Pour la troisième fois consécutive, vous avez été des millions à confirmer votre attachement au projet de renouvellement, de rassemblement et de reconquête du président de la République".

    "La France est de retour", a-t-il poursuivi. "Depuis un mois, le président de la République a su incarner en France comme sur la scène internationale, la confiance, la volonté et l'audace."

  • 20h57

    "Ne donnez pas les pleins pouvoirs au parti du président"

    Jean-Luc Mélenchon, à la tête de la formation de gauche radicale La France insoumise, a appelé à la mobilisation des classes populaires et de la jeunesse au second tour dimanche prochain. "Ne donnez pas les pleins pouvoirs au parti du président", a-t-il déclaré à Marseille.

    Mélenchon appelle "à ne pas donner les pleins pouvoirs" à En Marche
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

    "L'immensité de l'abstention montre qu'il n'y a pas de majorité dans le pays pour détruire le droit du travail (...) ou pour cajoler les riches", a ajouté le candidat malheureux à la présidentielle de mai.

  • 20h55

    Trois ministres en ballottage favorable

    Trois ministres du gouvernement, Bruno Le Maire, Christophe Castaner et Richard Ferrand, sont en ballottage favorable au terme du premier tour des élections législatives dimanche soir, selon des résultats partiels.

    Dans la première circonscription de l'Eure, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire remporte 45,32% des voix, devant la candidate Front national Fabienne Delacour, à 23,09%.

    Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, est lui aussi bien placé avec 44,04% des voix dans les Alpes-de-Haute-Provence. Il sera confronté dimanche au candidat de la France insoumise Leo Walter, 16,55%.

    Dans la sixième circonscription du Finistère, Richard Ferrand est en ballottage favorable avec 33,93% des suffrages exprimés devant Gaëlle Nicolas (Les Républicains), à 18,10%.

  • 20h50

    La carte des résultats

    Retrouvez les résultats définitifs des élections législatives françaises au niveau des circonscriptions, ainsi que la comparaison avec 2012.

  • 20h42

    "Le tourbillon était trop puissant"

    Le Parti socialiste a reconnu un "recul sans précédent de la gauche". "Le tourbillon était trop puissant, les deux scrutins trop rapprochés", a déclaré Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS.

    "Ce soir, tout indique que la majorité absolue est d'ores et déjà acquise pour La République en marche", a souligné Jean-Christophe Cambadélis, lui-même candidat à Paris. "L'unanimisme est le terreau de l'aveuglement et le ferment des tensions", a-t-il averti.

    Jean-Christophe Cambadélis (PS) évoque "une contradiction democratique"
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

  • 20h38

    "Le taux de participation pose la question de ce mode de scrutin"

    "Le taux de participation extrêmement bas de ce premier tour pose la question de ce mode de scrutin, car il éloigne des millions de Français d'une représentation", a dénoncé Marine Le Pen, présidente du Front national.

    L'ancienne candidate à la présidence a appelé les électeurs à se rendre massivement aux urnes pour le second tour dimanche prochain, "pour éviter" qu'Emmanuel Macron ne puisse appliquer son programme qui "est un saccage du droit du travail" et la "porte ouverte à une immigration massive".

    L'abstention a "pénalisé" le FN, selon Marine Le Pen
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

    Le vice-président du FN Florian Philippot, qui affirme être "largement au second tour" des législatives dans la sixième circonscription de Moselle, a reconnu "une déception dans le score" de son parti.

    Florian Philippot parle de la "déception" du FN
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

  • 20h28

    "La persistance des fractures de la société française"

    La faible participation de ce premier tour dimanche "témoigne de la persistance des fractures de la société française", a déclaré François Baroin, chef de file du parti Les Républicains (LR) pour les législatives. Il a appelé à un débat "projet contre projet" dans les circonscriptions dans lesquelles un candidat LREM affrontera un LR.

    François Baroin appelle à "un sursaut"
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

    Bernard Accoyer, le secrétaire général de LR, a jugé que le premier tour des élections législatives était "décevant pour notre famille politique". Il a appelé à "un réveil" pour ne pas se retrouver "avec un parti unique".

  • 20h20

    Revers historique pour le PS

    Alors qu'il ne pourrait obtenir qu'entre 20 et 35 sièges, le Parti socialiste, crédité de 10,2% des voix selon les premières estimations, réalise le pire score de son histoire.

    Avec 291 sièges dans l'actuelle assemblée nationale, le groupe socialiste pourrait donc voir sa députation divisée par dix.

    Plusieurs ténors du Parti socialiste pourraient être menacés dès l'issue de ce premier tour, notamment le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis opposé au secrétaire d'Etat au numérique de la République en marche, Mounir Mahjoubi.

  • 20h16

    "Une volonté des Français d'être cohérents"

    Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a estimé sur TF1 qu'il y avait une "volonté des Français d’être cohérents, de donner aux Français une majorité", soulignant toutefois que c'est "une élection en deux tours, il faut rester mobilisés. Chacun travaille à la mobilisation de nos citoyens."

    "Les autres ministres et moi-même sommes sereins. Moi, je suis aux alentours de 45 %" dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, a-t-il ajouté.

  • 20h00

    Première estimation des sièges

    La première estimation publiée à 20h00 par les médias français confirme le raz-de-marée de la République en marche, qui obtiendraient une large majorité de sièges.

    La République en marche - Modem: 390-430 sièges (32,2% des voix)

    Les Républicains - UDI/DVD: 85-125 (21,5%)

    Front national: 3-10 (14,0%)

    France insoumise: 11-21 (11,0%)

    Parti socialiste: 20-35 (10,2%)

    Ces chiffres émanent des instituts Ispos/Sopra Steria.

  • 19h40

    En marche à 30%, selon les premiers sondages

    Le soutien envers Emmanuel Macron et son mouvement se confirmerait. La République en marche (LREM) récolterait entre 29 et 30% des voix, suivie par Les Républicains qui obtiendraient entre 18 et 20% des suffrages, selon les premiers sondages à la sortie des urnes consultés par la RTS.

    Viendraient ensuite le Front national (17-18%), la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon (12%) et le Parti socialiste (8%).

  • 19h28

    Les images du dépouillement

    Le dépouillement des bulletins du premier tour des élections législatives françaises a débuté dans de nombreuses communes. Ici un bureau de vote à Brigniais, dans le Rhône:

    le depouillement des legislatives francaises a debute
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

  • 19h03

    Le dépouillement a débuté

    Les bureaux de vote des petites villes et des villages ont fermé et le dépouillement a commencé, comme à Alès dans le Gard (sud) ou à Alençon en Normandie (nord-ouest):

    Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a rendu visite aux services "qui veillent au bon déroulement du scrutin":

  • 18h33

    "Animaliste" ou "pirate", ces petits partis qui présentent des candidats

    Au total, une soixantaine de partis présentent des candidats. Parmi eux, certains ont des programmes ou des compositions étonnants. Tour d'horizon non exhaustif:

     

    Le parti animaliste :

    Avec un chaton sur l’affiche unique disséminée sur tout le territoire national, le Parti animaliste présente 147 candidats. Comme son nom l’indique, ce parti vise à faire entendre la voix des animaux, notamment avec l’abolition de la chasse ou l’interdiction d’utiliser des animaux comme divertissement. A noter qu’aux Pays-Bas, le Parti des animaux a obtenu cinq députés.

    Une affiche du Parti animaliste.
    Une affiche du Parti animaliste. [Joël Saget - AFP]

    #MaVoix :

    Ce parti n’a pas non plus mis de visage sur ses affiches, mais un miroir. Le mouvement, qui présente 43 candidats, vise une dépersonnalisation de la politique avec pour objectif de « hacker l’assemblée ». S’ils sont élus, les candidats voteront en assemblée selon les consignes données par les Français sur un site internet.

    L’alliance royale :

    En utilisant des fleurs de lys pour emblème, l’objectif de l’alliance royale est clair : modifier le système politique pour faire revenir un roi sacré et indépendant du jeu politique. L’alliance présente 16 candidats.

    Le parti pirate :

    Cinquante-huit candidats se sont lancés sous les couleurs de ce parti qui veut « partager fraternellement les savoirs culturels et scientifiques de l’humanité ».

    Régions et peuples solidaires :

    Ce mouvement, qui présente 202 candidats, en a marre du centralisme parisien. En fédérant des partis régionalistes basques, occitans, bretons ou alsaciens, il veut se battre avant tout pour les collectivités locales.

    La France qui ose :

    Créé sous l’impulsion de l’ancienne ministre Rama Yade, La France qui ose présente 31 candidats. Le mouvement veut « sortir la pays de cette prise d’otage de notre démocratie qu’est devenu le front républicain ».

    577 pour la France :

    Malgré son nom, le mouvement ne présente que 71 candidats dans les 577 circonscriptions du pays. Pro-européen, il veut une réforme des territoires, de l’organisation politique et de la gouvernance.

  • 18h17

    Les politiques ont voté dans leurs fiefs

    L'ex-Premier ministre socialiste Manuel Valls à Evry près de Paris, le Républicain François Baroin à Troyes dans l'est de la France, ou la cheffe du FN Marine Le Pen à Hénin-Beaumont dans le nord: les principales personnalités politiques ont voté dimanche dans leurs fiefs respectifs.

    >> Notre galerie photo:

    Six ministres jouent dans ces législatives leur maintien au gouvernement: Bruno Le Maire (Economie), Marielle de Sarnez (Affaires européennes), Richard Ferrand (Cohésion des territoires), Annick Girardin (Outre-Mer), Christophe Castaner (Relations avec le Parlement) et Mounir Mahjoubi (Numérique).

    D'autres figures de droite ou de gauche jouent pour leur part leur avenir politique comme Nathalie Kosciusko-Morizet et Christian Jacob (Les Républicains), Najat Vallaud-Belkacem, Stéphane Le Foll et Jean-Christophe Cambadélis (Parti socialiste) ou l'ancien Premier ministre Manuel Valls.

  • 18h00

    Fermeture de certains bureaux de vote

    Comme de coutume, les bureaux de vote ont fermé à 18h00 en France, sauf dans les grandes villes. A Paris par exemple, les électeurs pourront voter jusqu'à 20h00.

    >> Le point à 18h00 dans Forum:

    Des bulletins de vote pour le premier tour des législatives françaises.
    AP/Claude Paris - Keystone
    Forum - Publié le 11 juin 2017

  • 17h35

    Les principaux duels

    Certaines des 577 circonscriptions françaises sont le théâtre d'affrontements importants. Des politiciens de premier plan jouent leur avenir dans ce scrutin à deux tours, qui intervient dans une période de recomposition politique où les partis traditionnels sont menacés dans plusieurs de leurs fiefs.

    Le jeune parti du président Emmanuel Macron, La République en marche (LREM), ou encore La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, bousculent l'ordre établi dans des circonscriptions traditionnellement acquises au PS ou aux Républicains comme celles de Villeurbanne ou Marseille.

    Plusieurs personnalités novices en politique ont été investies face à des ténors, et certaines présentent des chances crédibles de l'emporter.

    >> Lire:  Les face-à-face clés des élections législatives françaises

  • 17h10

    "Il fait beau, les gens sont à la plage"

    Quelques réactions d'électeurs français à la sortie des urnes:

    Les Français aux urnes pour les législatives
    L'actu en vidéo - Publié le 11 juin 2017

  • 17h01

    Participation en nette baisse à 17h

    Confirmant la tendance donnée à la mi-journée, la participation atteignait 40,75% à 17h00, en forte baisse par rapport à 2012, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Elle était de 48,31% il y a cinq ans et de 49,28% en 2007.

    Si cette tendance se confirme, l'abstention finale devrait s'élever à plus de 50%, un record historique, selon une estimation France Info/Ipsos/Steria.

  • 16h55

    Le Front national nerveux

    Selon les derniers sondages, le Front national (crédité de 18% des voix) pourrait se retrouver en difficulté lors de ces législatives après l'échec de sa dirigeante face à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle en mai.

    Une certaine nervosité se fait d'ailleurs sentir chez Marine Le Pen, comme a pu le constater la correspondante de la RTS en France:

  • 16h43

    Emmanuel Macron a voté au Touquet

    Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 08h00 et fermeront à 20h00. Emmanuel Macron a voté dans la matinée dans la station balnéaire du Touquet, tandis que le Premier ministre Edouard Philippe a fait son choix dans son fief du Havre.

    >> Le récit de la matinée dans le 12h45:

    Législatives françaises: l'heure de vérité a sonné pour Emmanuel Macron et son mouvement
    12h45 - Publié le 11 juin 2017

  • 16h38

    Participation en nette baisse

    Le taux de participation au premier tour des législatives était en nette baisse à midi, par rapport aux précédentes éditions, à 19,24% en France métropolitaine, selon le ministère de l'Intérieur. Lors des législatives de 2012, ce taux était de 21,06%. En 2007, il avait été de 22,56%.

    Plus l'abstention sera forte, plus il sera difficile d'éviter de disputer un second tour dans une semaine: il faut réunir à la fois la moitié des suffrages exprimés et le soutien d'au moins 25% des inscrits pour échapper au ballottage.

    >> Le point avec Michel Beuret à Paris:

    Législatives françaises: duplex avec Michel Beuret, à Paris
    12h45 - Publié le 11 juin 2017

    >> Lire aussi: La participation au premier tour des législatives françaises en baisse à midi

  • 16h25

    Candidats LREM plébiscités à l'étranger

    Les Français de l'étranger, qui ont voté par anticipation le week-end dernier, ont plébiscité les candidats de La République en Marche (LREM), en mesure de l'emporter dans dix des onze circonscriptions en jeu.

    Joachim Son-Forget, le candidat LREM, a remporté le premier tour pour le siège unique de député des Français de Suisse et du Liechtenstein. Le jeune homme de 34 ans a récolté 64,93% des voix, selon des résultats officiels. Il devance largement la députée sortante Les Républicains Claudine Schmid, qui obtient 15,93%. Le candidat d'Europe Ecologie Les Verts, Jean Rossiaud, arrive en troisième position (7,74%).

    >> Revoir le portrait de Joachim Son-Forget:

    Portrait de 2 candidats du parti présidentiel aux législatives
    19h30 - Publié le 16 mai 2017

    La participation a atteint un peu moins de 20%. Un second tour aura lieu le 18 juin entre Joachim Son-Forget et Claudine Schmid. En effet, selon la loi française, pour être élu au premier tour, un candidat doit remplir deux conditions: récolter la majorité absolue des voix exprimées (soit plus de 50% des suffrages) et récolter un nombre de voix égal ou supérieur à 25% des électeurs inscrits.

    >> Lire: Victoire des pro-Macron au 1er tour des législatives françaises à l'étranger

  • 16h14

    Vers un raz-de-marée En marche

    Les derniers sondages donnent au mouvement du président, La République en marche (LREM), 30% des intentions de vote devant le parti de droite Les Républicains (20%) et le Front national (extrême droite, 18%). La France insoumise, le mouvement du tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, obtiendrait 12,5%, loin devant le Parti socialiste de l'ancien président François Hollande (8%).

    Les candidats LREM obtiendraient une majorité absolue avec un nombre de sièges variant entre 397 et 427, selon un sondage Ipsos Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France publié vendredi.

    Ils devanceraient ainsi l'alliance Les Républicains/UDI qui obtiendrait entre 95 et 115 sièges, ainsi que le Parti socialiste et ses alliés, crédités de 22 à 32 sièges, la France Insoumise, créditée de 11 à 21 sièges et le Front national, qui obtiendrait de 5 à 15 sièges.

  • 16h07

    Modalités du scrutin

    Les électeurs français doivent élire au scrutin majoritaire à deux tours 539 députés en France métropolitaine, 27 dans les départements et territoires d'outre-mer et 11 représentants des Français de l'étranger.

    Au premier tour, un candidat doit, pour être élu, recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés représentant au moins 25% des électeurs inscrits. Si aucun candidat n'est élu, un second tour a lieu, qui verra s'affronter les candidats ayant obtenu un nombre de suffrages égal à au moins 12,5% des électeurs inscrits. Celui qui obtient le plus de suffrages exprimés est élu, même s'il ne s'agit pas de la majorité absolue. En cas d'égalité, le candidat le plus âgé est élu.

  • 16h04

    La composition actuelle de l'Assemblée nationale

    Le groupe socialiste, écologiste et républicain, formé autour du parti socialiste, compte actuellement 291 sièges.

    Egalement à gauche, la Gauche démocrate et républicaine possède actuellement 15 députés.

    Les Républicains sont la première force de droite avec 196 sièges. L'UDI, Union des démocrates et indépendants (30 sièges), et le RRDP, Groupe radical républicain, démocrate et progressiste (18 sièges) complètent la droite de l'échiquier.

    Vingt-quatre députés sont non-inscrits, c'est à dire qu'ils n'appartiennent pas à un groupe parlementaire. Parmi eux, il y a 8 députés d'Europe Ecologie les Verts, ainsi que 3 divers écologistes. Il y a également deux représentants du Front national.

    A noter enfin que trois sièges sont vacants.

  • 16h00

    Des législatives à fort enjeu pour l'avenir des partis français

    Plus de 47 millions de Français sont appelés aux urnes pour désigner leurs députés. Ils sont 7877 candidats, dont un peu plus de 42% sont des femmes, à se disputer les 577 sièges. Des élections cruciales dans un contexte de chamboulement politique.

    >> Lire: Des élections législatives à fort enjeu pour l'avenir des partis français

    >> Ecouter aussi le point dans le 12h30:

    Le président français Emmanuel Macron a voté aux côtés de sa femme Brigitte Macron dimanche 11 juin au Touquet, dans le nord de la France.
    Philippe Huguen - AFP
    Le 12h30 - Publié le 11 juin 2017