Modifié le 29 mai 2017 à 06:48

La Corée du Nord défie ses voisins en tirant un nouveau missile balistique

Fusées balistiques nord-coréennes (images de l'agence de presse centrale de Pyongyang).
Fusées balistiques nord-coréennes (images de l'agence de presse centrale de Pyongyang). [KCNA/via REUTERS]
Le régime nord-coréen a procédé lundi à un nouveau tir de missile balistique. Cet essai a suscité des réactions immédiates de la part des autorités japonaises et sud-coréennes.

Selon l'état-major sud-coréen, "un missile balistique non identifié a été tiré à 5h09 locales (23h39 en Suisse) d'un lieu situé non loin de la ville nord-coréenne de Wonsan. Il aurait parcouru 450 kilomètres.

Confirmation américaine

Le Commandement américain du Pacifique a précisé que le missile de courte portée a été suivi durant six minutes sur les radars,  jusqu'à ce qu'il tombe en mer du Japon.

A Séoul, le nouveau président Moon Jae-In a convoqué une réunion du conseil de sécurité nationale, selon l'agence Yonhap. Et à Washington, un porte-parole du Conseil national de sécurité a indiqué que le président Donald Trump avait été averti.

Dizaines de tirs

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a aussitôt condamné ce nouveau tir et souhaité une "réaction concrète" avec les Etats-Unis.

Pyongyang a procédé à des dizaines de tirs de missiles et deux essais nucléaires depuis le début de 2016, malgré les sanctions économiques importantes imposées par l'ONU.

agences/jb

Publié le 29 mai 2017 à 04:11 - Modifié le 29 mai 2017 à 06:48

"Menace grave"

Les dirigeants du G7, réunis en Italie, ont qualifié samedi les tests nucléaires et de missiles nord-coréens de "menace grave". Ils se sont dit prêts à prendre des mesures, une démarche saluée par le Japon.

La Chine, seule alliée de Pyongyang, et les Etats-Unis négocient par ailleurs depuis des semaines une nouvelle résolution qui resserrerait l'étau autour de la Corée du Nord mais aucun texte n'a encore émergé de ces tractations.