Modifié

Theresa May sous le feu des critiques après l'attentat de Manchester

Theresa May lors de son allocution au lendemain de l'attentat, devant le 10 Downing Street. [Neil Hall - Reuters]
Theresa May lors de son allocution au lendemain de l'attentat, devant le 10 Downing Street. [Neil Hall - Reuters]
La campagne électorale pour les législatives au Royaume-Uni a repris vendredi, quatre jours après l'attentat de Manchester. Le gouvernement britannique est sévèrement critiqué pour avoir diminué le nombre de policiers.

Suspendue après l'attentat de Manchester d'un commun accord entre la Première ministre Theresa May et le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, la campagne électorale a repris vendredi alors que le Royaume-Uni est en état d'alerte terroriste maximal.

Le leader travailliste Jeremy Corbyn a souligné le lien entre la politique étrangère du pays et les attentats - une référence aux engagements militaires en Irak et en Afghanistan, ainsi qu'aux frappes menées en Syrie, auxquels il s'est toujours opposé.

"La guerre contre le terrorisme ne fonctionne pas"

Une victoire du Parti travailliste aux législatives "changerait ce que nous faisons à l'étranger" a-t-il expliqué, en insistant sur le fait que "la guerre contre le terrorisme ne fonctionne tout simplement pas".

Jeudi, la vice-présidente du parti europhobe Ukip, Suzanne Evans, avait reproché à Theresa May d'être "en partie responsable" de l'attaque en raison des coupes dans le budget de la police quand elle était ministre de l'Intérieur (2010-2016) avant de devenir Premier ministre.

Le nombre de policiers a diminué d'environ 14%, soit 20'000 officiers, entre 2009 et 2016, selon le groupe de réflexion indépendant Institut d'études fiscales. Les conservateurs sont au pouvoir depuis 2010.

L'avance des Tories se réduit

Selon un sondage de l'institut YouGov publié dans le Times, la marge séparant les conservateurs des travaillistes dans les intentions de vote n'est plus que de cinq points, alors qu'elle s'élevait à 24 points en avril.

Theresa May a convoqué ces élections anticipées, qui auront lieu le 8 juin, dans le but d'en sortir renforcée en vue des négociations sur la sortie de l'Union européenne qui doivent s'ouvrir peu après le scrutin.

afp/ptur

Publié Modifié

Une dixième arrestation dans l'enquête sur l'attentat de Manchester

Parallèlement l'enquête sur l'attentat suicide commis lundi soir à Manchester se poursuit. La police britannique a procédé à une dixième arrestation. Les autorités ont précisé que l'homme a été arrêté dans le secteur de Moss Side, un quartier du sud de Manchester.

La police a également procédé à une perquisition jeudi soir dans une maison à Wigan, petite localité située à l'ouest de Manchester, où un suspect avait été arrêté la veille. Sur le total de dix arrestations menées depuis le début de l'enquête, un homme et une femme ont été relâchés sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre eux, huit personnes sont toujours gardées à vue.