Modifié le 20 mai 2017

Le président iranien sortant Hassan Rohani a été réélu pour quatre ans

Iran: Rohani aisément réélu, le choix de l'ouverture
Iran: Rohani aisément réélu, le choix de l'ouverture 19h30 / 1 min. / le 20 mai 2017
Le président iranien Hassan Rohani a été réélu avec 57% des voix dès le premier tour de la présidentielle, a annoncé samedi le ministre de l'Intérieur. Il devance le conservateur Ebrahim Raissi, qui a obtenu 38,3% des voix.

"Le président sortant Hassan Rohani a été élu président de la République avec 23,5 millions de voix, soit 57% des votes exprimés", a annoncé le ministre de l'Intérieur iranien Abdolreza Rahmani Fazli en direct à la télévision d'Etat Irib.

Il a précisé que "41,2 millions d'Iraniens ont participé (vendredi) à l'élection" présidentielle, soit un taux de participation de 73%.

Un peu plus tôt, la télévision d'Etat avait félicité le chef de l'Etat sortant pour sa réélection.

Un score meilleur qu'en 2013

Hassan Rohani augmente considérablement le nombre de ses électeurs par rapport à sa première élection en 2013: il avait alors obtenu 18,6 millions de voix (50,7%) sur 36 millions de votants.

Pendant la campagne électorale, il avait demandé aux Iraniens de lui accorder plus de voix pour pouvoir poursuivre ses réformes sur le plan intérieur et sa politique d'ouverture vers le monde.

Hassan Rohani, religieux modéré de 68 ans, briguait un dernier mandat de quatre ans et affrontait Ebrahim Raissi, religieux conservateur de 56 ans proche du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

>> Lire aussi: En Iran, le désir de revanche des conservateurs contre les réformistes

Félicitations des conservateurs

Avant même l'annonce des premiers résultats, des dirigeants conservateurs avaient reconnu la victoire de leur adversaire.

"Les premiers décomptes montrent que M. Rohani est le vainqueur (...) et il faut le féliciter", a écrit sur le réseau social Telegram Alireza Zakani, ancien député conservateur qui avait activement participé à la campagne contre la réélection de Hassan Rohani.

Le premier vice-président de Rohani, le réformateur Es-Hagh Jahanguiri, qui s'était retiré de la course présidentielle en appelant à voter pour Hassan Rohani, s'est félicité sur Twitter de "la grande victoire de la nation iranienne".

Vendredi, les journalistes de l'AFP avaient constaté un vote massif et enthousiaste des électeurs à Téhéran et en province. Face à cette forte affluence, le vote a été prolongé de six heures et s'est achevé à minuit (21h30 heure suisse).

>> Les précisions de notre envoyé spécial à Téhéran

Iran: l'éclairage de Marc Allgöwer sur la réélection de Rohani
19h30 - Publié le 20 mai 2017
 

agences/jvia/tmun

Publié le 20 mai 2017 - Modifié le 20 mai 2017

Hassan Rohani, pilier de la République islamique

Titulaire d'un doctorat de droit de l'Université de Glasgow, en Ecosse, Hassan Rohani (68 ans) était au côté de l'imam Khomeiny lors de son exil en France avant la révolution islamique de 1979. Il se classe jusque dans les années 2000 dans les rangs des conservateurs avant de se rapprocher des modérés et réformateurs.

Député entre 1980 et 2000, il devient vice-président du Parlement, mais surtout chef des négociateurs sur le dossier nucléaire entre 2003 et 2005.

Il est écarté de ce poste après l'élection de l'ultraconservateur populiste Mahmoud Ahmadinejad en 2005. L'Iran relance alors son programme d'enrichissement.

Elu président en 2013 avec 50,7% des voix dès le premier tour, il conclut en juillet 2015 un accord prévoyant que Téhéran limite son programme nucléaire à un usage civil en échange de la levée des sanctions internationales.