Modifié le 10 mai 2017 à 12:48

Accord sur les chantiers du Mondial 2022 au Qatar avec l'aide de la Suisse

Pour construire les stades de la Coupe du monde 2022, le Qatar a engagé des dizaines de milliers de travailleurs étrangers.
Pour construire les stades de la Coupe du monde 2022, le Qatar a engagé des dizaines de milliers de travailleurs étrangers. [ - EPA/Keystone]
La FIFA et les syndicats ont signé un accord sur les conditions de travail, jugées indignes, des ouvriers employés pour la Coupe du monde 2022 au Qatar. La Suisse a servi de médiateur.

L'accord, signé le 2 mai, fait suite à une plainte déposée en 2015 par l'Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB) auprès de la Suisse, pays hôte de la FIFA. Il prévoit la création d'un organe de contrôle au Qatar ainsi qu'une procédure de traitement des plaintes des travailleurs.

L'accord stipule en outre que les parties soumettront chacune dans un délai de six mois un rapport sur les progrès effectués. Elles se retrouveront dans un délai de neuf mois pour faire le point sous les auspices de Berne.

Le SECO médiateur

Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a servi de médiateur entre la FIFA et l'IBB, a indiqué mercredi son porte-parole, confirmant une information du Temps.

Plusieurs mouvements dénoncent depuis des années la situation indigne sur les chantiers de la Coupe du monde au Qatar. L'an dernier, la Confédération syndicale internationale affirmait que 1200 ouvriers avaient déjà perdu la vie sur ces chantiers et craignait jusqu'à 7000 décès.

ats/vtom

Publié le 10 mai 2017 à 12:46 - Modifié le 10 mai 2017 à 12:48