Modifié le 08 mai 2017

Les "Macron Leaks", itinéraire d'une opération de déstabilisation politique

Emmanuel Macron piraté: des documents internes publiés
Emmanuel Macron piraté: des documents internes publiés 19h30 / 2 min. / le 06 mai 2017
La dernière nuit de la campagne présidentielle française a été marquée par la diffusion vendredi soir de milliers de documents à la suite d'un piratage massif de documents internes à l'équipe d'Emmanuel Macron. Décryptage.

Que contiennent les fuites?

Quelque 9 gigaoctets de données liées au mouvement En marche d'Emmanuel Macron sont diffusées vendredi soir, via un lien publié sur le forum anonyme 4Chan, très fréquenté par des militants d'extrême droite ou soutenant le président américain Donald Trump.

Ces milliers de données - emails, photos, documents comptables, etc. - seraient tirés d'un "piratage massif" de l'entourage du candidat à la présidentielle française et datent "du 24 avril au plus tard", soit le lendemain du premier tour de l'élection.

L'équipe de campagne du candidat a reconnu l'authenticité des fichiers, tout en estimant que des documents fabriqués ont été insérés au milieu des véritables données piratées, "afin de semer le doute et la désinformation". Vu l'ampleur de la fuite, il était impossible samedi de confirmer cette dernière affirmation.

>> Lire: L'équipe d'Emmanuel Macron annonce être victime d'un "piratage massif"

Samedi après-midi, les premiers éléments mis au jour sur les réseaux sociaux tentaient de lier Emmanuel Macron à son ancien employeur, la banque Rothschild, ou avec le gouvernement socialiste. Mais rien n'était particulièrement embarrassant pour le candidat.

Une fuite de dernière minute

La campagne officielle a pris fin vendredi soir à minuit. Dès samedi, toute propagande électorale - même sur les réseaux sociaux - est interdite en France pour les candidats et les médias, mais aussi pour les simples quidams, et ce jusqu'à la fin du vote dimanche à 20h00.

C'est à 20h35, quelques heures à peine avant le début le blackout, que les documents sont diffusés sur 4Chan. Moins de 15 plus tard, Jack Posobiec, un militant pro-Trump très actif sur les réseaux sociaux, relaie ce lien sur son compte Twitter, avec la mention #MacronLeaks. (mise à jour: c'est en réalité William Craddick - un autre militant pro-Trump - qui a évoqué ces fuites en premier sur Twitter, selon une enquête de Libération publiée lundi)

Il est suivi par plusieurs autres comptes liés à la droite nationaliste américaine, puis, à 21h31, par le compte Twitter de Wikileaks, qui accentue la propagation des documents. Ceux-ci seront ensuite abondamment relayés par les militants d'extrême droite français.

Enfin, quelques minutes avant l'heure fatidique, à 23h40, c'est Florian Philippot, bras droit de Marine Le Pen, qui à son tour diffuse ces "Macron Leaks", retweeté par de nombreux autres responsables du Front national.

Qui est derrière ces fuites?

On ignore pour l'heure qui est responsable du piratage de l'équipe d'Emmanuel Macron. En revanche, selon plusieurs experts, il est clair que la propagation des documents est le fait des milieux d'extrême droite américains et français et de militants prorusses.

Le chercheur belge Nicolas Vanderbiest a ainsi suivi en temps réel la propagation des "Macronleaks" sur Twitter. Grâce à une cartographie (ci-dessous), il souligne l'importance de Jack Posobiec et WikiLeaks, mais aussi des premiers relais francophones, les comptes @Messsmer et @KimJongUnique, réputés très russophiles.

Pour ce spécialiste de l'étude des réseaux sociaux, cette affaire rappelle fortement la rumeur sur le supposé compte offshore d'Emmanuel Macron aux Bahamas, lancée elle aussi sur Twitter mercredi soir.

Cette dernière rumeur "était la première (de la campagne présidentielle française, ndlr) qui venait clairement de l'étranger", alors que les précédentes "étaient toutes franco-françaises", explique Nicolas Vanderbiest dans une interview à Libération samedi.

"Les Macron Leaks et le Macron Gate sur le compte aux Bahamas, ce sont les premières qui sortent vraiment et où l’on voit l’influence russe partout sur les réseaux sociaux. Avant, c’était extrêmement mesuré", poursuit le chercheur belge.

>> L'interview de Nicolas Vanderbiest dans Forum:

Qui est derrière le piratage du site d'Emmanuel Macron?
Forum - Publié le 06 mai 2017

>> Lire aussi: "L'histoire du compte offshore est une opération néfaste contre Macron"

A qui profite cette fuite?

Ces fuites font incontestablement les affaires de Marine Le Pen. Toutefois, étant donné que l'ensemble des médias français ont l'interdiction légale d'en parler, il semble peu probable que cette affaire n'influence grandement le vote des Français dimanche.

Par conséquent, plusieurs observateurs, à l'instar de Julien Cadot sur Numérama, estiment que cette opération, au vu de son timing, "ressemble plus à de la déstabilisation qu'à une volonté de révéler quoi que ce soit". Ce qui pousse Wikileaks à s'interroger également sur les intentions des hackers.

Didier Kottelat

Publié le 06 mai 2017 - Modifié le 08 mai 2017

Le piratage ne restera pas "sans réponse", dit François Hollande

François Hollande a assuré samedi que le piratage massif de documents de l'équipe de campagne du candidat centriste Emmanuel Macron ne resterait pas "sans réponse". Le président français promet d'ores et déjà des "procédures", sans donner plus de précisions.

"On savait qu'il y aurait ces risques-là durant la campagne présidentielle puisque ça s'était produit ailleurs", a déclaré François Hollande à l'AFP. "S'il y a eu effectivement un certain nombre de parasitages ou de captations, il y aura des procédures qui vont entrer en vigueur", a encore déclaré le chef de l'Etat.

"Il faut laisser les enquêtes se faire", a-t-il ajouté, à l'issue d'une visite d'un musée parisien en compagnie du roi du Maroc Mohammed VI.