Modifié

Emmanuel Macron obtiendrait 62% des voix, d'après trois sondages

Des affiches du candidat d'En marche! à Paris.  [Denis Meyer - AFP]
Des affiches du candidat d'En marche! à Paris. [Denis Meyer - AFP]
Alors que la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle française se termine ce soir, trois sondages donnent le candidat du centre vainqueur avec 61,5 à 62% des voix devant Marine Le Pen.

Trois sondages ont été publiés vendredi et tous donnent quasiment le même résultat.

Le premier, Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, pronostique une victoire d'Emmanuel Macron avec 61,5% des voix contre 38,5 à Marine Le Pen.

Marcon gagne un à trois points

Deux autres, Elabe pour BFM TV et L'Express, ainsi que OpinionWay-Orpi pour Les Echos et Radio Classique, donnent Emmanuel Macron vainqueur avec 62% des voix devant Marine Le Pen qui n'en récolterait que 38%.

Les trois instituts montrent une montée d'Emmanuel Macron d'un à trois points en toute fin de campagne, après le dernier grand débat télévisé de mercredi soir.

>> A lire aussi: De virulentes passes d'armes ont ponctué l'ultime débat Macron-Le Pen

Le débat a pesé sur la fin de campagne de Marine Le Pen

Ce débat a directement pesé sur le mauvais résultat de Marine Le Pen comme le montrent les chiffres d'Ipsos qui s'est intéressé aux perceptions des téléspectateurs.

Si la performance d'Emmanuel Macron n'a ni particulièrement rassuré ni particulièrement inquiété les Français, celle de Marine Le Pen leur a fait peur. Elle a inquiété plus d'un Français sur deux (54%) et n'en a rassuré que 15%.

Les électeurs de Dupont-Aignan pas rassurés

Elle inquiète surtout les personnes qui n'ont pas voté pour elle au premier tour. C'est le cas de 62% des électeurs de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon, comme pour 79% de ceux de Benoît Hamon.

Même parmi les électeurs de celui qui deviendrait son futur Premier ministre, Nicolas Dupont-Aignan, elle a inquiété plus de monde qu'Emmanuel Macron, et en a rassuré moins.

reuters/jc

Publié Modifié

Vers un record d'abstentions

Au total, 74% des sondés par OpinionWay-Orpi considèrent que la campagne de l'entre-deux-tours est de mauvaise qualité.

Selon Elabe, 19% des personnes interrogées et disant avoir l'intention d'aller voter "n'expriment toujours aucun choix à ce stade de la campagne (...) et pourraient au final voter blanc ou nul, voire basculer dans l’abstention".

Un sondage Odoxa réalisé pour France Info et publié vendredi également prévoit une participation de 75%, ce qui constituerait un niveau historiquement bas. Il faut remonter au scrutin de 1969, pour trouver une participation plus faible (69%) à un second tour.

"C'est auprès des sympathisants des partis de la gauche du PS (essentiellement Les insoumis) que l'abstention atteint ses plus hauts niveaux avec 34%, alors qu'elle est de 10% auprès des sympathisants du PS et de 28% auprès des sympathisants de la droite", relève l'institut Odoxa.

Dernière journée d'une campagne sous haute tension

Dernières interventions médiatiques, dernières visites de terrain: Emmanuel Macron et Marine Le Pen mettent un terme vendredi à une campagne sous haute tension. La clôture officielle de la campagne, qui impose un silence médiatique, intervient vendredi à minuit.

Vendredi matin, Marine Le Pen a rencontré des responsables d'un syndicat de police. Elle a ensuite choisi d'inscrire à son agenda une visite surprise à la cathédrale de Reims, où étaient sacrés les rois de France. Emmanuel Macron a poursuivi son programme en visitant lui aussi une cathédrale, à Rodez.

L'équipe de campagne de Marine Le Pen a par ailleurs saisi vendredi la commission nationale de contrôle de la campagne électorale. Motif: des irrégularités constatées, selon elle, dans plusieurs départements sur des bulletins envoyés à des électeurs.