Publié

Un observateur de l'OSCE tué par une mine dans l'est de l'Ukraine

Un véhicule de l'OSCE en mission dans l'est de l'Ukraine. [Gleb Garanich - Reuters]
Un véhicule de l'OSCE en mission dans l'est de l'Ukraine. [Gleb Garanich - Reuters]
L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a annoncé dimanche qu'un de ses membres avait été tué en Ukraine. Il s'agit de la première victime de ce type dans ce conflit.

C'est la première victime que déplore l'OSCE au sein de sa mission d'observation spéciale (SMM) en Ukraine, mise en place il y a trois ans. L'homme, dont la nationalité n'est pas précisée, a été tué dans l'est du pays, tenu par les rebelles.

Sa patrouille a sauté sur une mine près du village de Prychyb, dans la région séparatiste de Lougansk. L'explosion était "suffisamment puissante" pour perforer les véhicules blindés de la mission, a précisé un responsable de l'OSCE.

Patrouille trop téméraire ?

Selon l'armée ukrainienne, au moment de l'explosion, il n'y avait pas d'affrontements en raison d'une trêve temporaire respectée par les deux camps.

Les séparatistes de Lougansk ont quant à eux affirmé que la patrouille avait quitté la route principale, empruntant un trajet peu sûr en "circulant sur des routes secondaires, ce qui est interdit". L'information n'a pas été confirmée.

Quelque 600 observateurs de l'OSCE se trouvent en Ukraine pour contrôler le respect des accords de paix.

ats/jop

Publié

Réactions de responsables sur les réseaux sociaux

Le président ukrainien Petro Porochenko a exprimé ses condoléances sur sa page Facebook, assurant que ce "crime" devait être élucidé et ses responsables punis.

Le président du groupe de l'OSCE, l'Autrichien Sebastian Kurz, a quant à lui publié sur twitter une série de trois messages dans lesquels il adresse notamment ses condoléances aux familles, et demande que des comptes soient rendus.

>> Le troisième tweet de S.Kurz:




"Je viens de parler avec l'ambassadeur Apakan: il faut une enquête approfondie; les responsables devront répondre de leurs actes"