Modifié le 12 avril 2017 à 21:04

Sous la pression des taxis, la justice interdit Uber dans toute l'Italie

Des taxis lors d'une manifestation de protestation contre Uber à Rome en janvier 2016.
Un tribunal de Rome interdit Uber dans toute l’Italie Le Journal du matin / 1 min. / le 10 avril 2017
L'Italie part en guerre contre Uber. Un tribunal de Rome a interdit vendredi l'application de transport sur tout le territoire de la péninsule, jugeant que celle-ci représentait une concurrence déloyale pour les taxis.

Les taxis de Rome sont en passe de gagner la bataille. Après avoir entièrement bloqué la capitale il y a quelques semaines, la justice vient de leur donner raison. Tous les services d'Uber vont être bannis du territoire. Une interdiction de toute publicité pour l'application a aussi été prononcée.

Au terme d'une "guerre juridique" lancée en 2015, Uber a été reconnu coupable de "la forme la plus frappante de concurrence déloyale jamais vue sur le marché du transport italien", se réjouissent les défenseurs des compagnies de taxis, cités dans le Corriere della Sera.

Uber va faire appel

Formellement, Uber a encore dix jours pour faire appel de la décision. Les avocats de la firme américaine ont fait savoir qu'ils allaient agir en ce sens. Ils demandent également au gouvernement italien d'intervenir.

Malgré ce recours possible, la décision du tribunal de Rome est un coup dur pour l'application. Si la justice italienne ne renverse pas complètement le jugement en appel, Uber s'expose à une amende de 10'000 euros par jour en cas de non-respect du jugement.

Les services de la société américaine sont très controversés, en Italie comme ailleurs dans le monde. Uber fait face à des ennuis juridiques récurrents et ses activités ont été sérieusement encadrées dans de nombreux pays.

>> Lire aussi: La société Uber plombée par une série de révélations embarrassantes

Eric Jozsef/dk

Publié le 10 avril 2017 à 09:08 - Modifié le 12 avril 2017 à 21:04