Modifié le 02 avril 2017 à 08:32

Le ministre de l'Intérieur du Paraguay limogé à la suite des violences

Le bâtiment du Congrès national à Asuncion, au Paraguay.
Le bâtiment du Congrès national à Asuncion, au Paraguay. [EPA/Andrés Cristaldo - Keystone]
Le président du Paraguay Horacio Cartes a renvoyé son ministre de l'Intérieur et le chef de la police à la suite des violences au parlement et à la mort d'un responsable de l'opposition.

Le président Cartes, qui tente de faire passer un amendement constitutionnel lui permettant de se représenter au pouvoir en 2018, a appelé la population au calme.

Il a invité les citoyens à ne pas répondre aux appels "de quelques barbares" pour perturber la paix, la tranquillité et le bien-être dans ce pays du centre de l'Amérique latine, enclavé entre le Brésil, l'Argentine et la Bolivie.

Plus de 200 arrestations

Vendredi, le bâtiment du Congrès a été saccagé et incendié par des manifestants opposés à ce projet controversé d'amendement constitutionnel. Les violences ont fait une trentaine de blessés et 211 personnes ont été arrêtées. Le président du mouvement Jeunesse libérale a été tué.

>> Lire aussi: Un membre de l'opposition tué après les violences au Congrès du Paraguay

ats/los

Publié le 02 avril 2017 à 06:59 - Modifié le 02 avril 2017 à 08:32