Modifié le 01 avril 2017 à 09:20

Jacques Sapir: "Une sortie de la zone euro ne coûterait rien à la France"

Jacques Sapir.
Jacques Sapir: "Une sortie de la zone euro ne coûterait rien à la France" Forum / 7 min. / le 31 mars 2017
A l'heure où plusieurs candidats à la présidentielle française plaident pour une sortie de la France de la zone euro, l'économiste Jacques Sapir soutient cette position et dénonce les scénarios-catastrophes des opposants.

Parmi les onze candidats à la présidentielles française, Marine Le Pen du Front national (extrême droite) et Jean-Luc Mélenchon de la France insoumise (gauche de la gauche), notamment, évoquent une possible sortie de leur pays de la zone euro dans le cas où les traités européens ne sont pas renégociés. Alors que les opposants à cette proposition mettent en garde contre une explosion de la dette, une croissance en berne et une perte massive d'emplois, Jacques Sapir déplore des arguments basés sur la peur.

"Ils sont diffusés par des gens qui n’ont pas envie d’avoir un débat sur le fond. Je reconnais que cette sortie de l’euro nous confronterait à toute une série d’incertitudes, mais ces incertitudes seraient d’un niveau beaucoup moins élevé que ce que l’on prétend et seraient d’un niveau beaucoup moins grave que si la France restait dans l’euro", affirme le directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences politiques dans l'émission Forum.

Hausse de prix limitée pour les consommateurs

Une sortie de la monnaie unique coûterait quelque 180 milliards d'euros à la France et une baisse de 2% du PIB, selon l'institut Montaigne. Des affirmations rejetées par Jacques Sapir. "Cette sortie ne coûtera rien à la France", estime l'économiste. En effet, il y a selon lui deux possibilités: soit une "petite hausse" des taux d'intérêt qui pourrait être aisément surmontée, soit un mouvement d'investisseurs internationaux qui prêteraient à la France "nécessairement" à faible taux.

Ne craint-il pas une dépréciation de la nouvelle monnaie? "On sait très bien qu’une monnaie qui se déprécie a des effets extrêmement positifs sur l’activité du pays", argumente-t-il. Et de s'appuyer sur une étude publiée en octobre 2015 par le Fonds monétaire international. "Celle-ci montre que pour environ 10% de dépréciations, un pays a un surcroît de croissance de 1,5%". En outre, Jacques Sapir estime que la sortie de la zone euro n'engendrerait qu'une hausse des prix limitée pour les consommateurs, qui "ne durera que la première année de la dépréciation".

Propos recueillis par Sylvie Belzer/hend

Publié le 31 mars 2017 à 18:44 - Modifié le 01 avril 2017 à 09:20

"La chose que l'on sait, c'est que l'on ne sait pas"

Réagissant aux propos de Jacques Sapir, Cédric Dupont, professeur de sciences politiques à l'Institut des hautes études internationales et du développement à Genève, a estimé que toute conséquence d'une sortie de la France de la zone euro était difficilement prévisible: "Après le Brexit, on sait que les marchés sont irrationnels (...) On n'a jamais fait une telle expérience à une telle échelle, tout ce que l'on sait, c'est que l'on ne sait pas".

Il a toutefois penché pour une certaine instabilité que provoquerait une telle sortie: "Si la France sort de la zone euro, ce n'est pas une décision économique mais largement politique de la part d'un seul parti qui a des chances d'être élu, soit le Front national. Son idée, c'est de retrouver un contrôle sur la politique monétaire française. Est-ce que les marchés vont donner beaucoup de crédibilité à un pays qui veut reprendre le contrôle et qui est dirigé par un parti d'extrême droite qui n'a aucune expérience gouvernementale? J'en doute très fortement".