Modifié mercredi à 12:51

"La Suisse a intelligemment réussi à freiner les populistes"

"C'est son engagement pour l'Europe qui fait qu'Emmanuel Macron a une chance d’être élu"
"C'est son engagement pour l'Europe qui fait qu'Emmanuel Macron a une chance d’être élu" L'actu en vidéo / 12 min. / dimanche à 11:20
La gestion de l'après 9-Février par les autorités suisses a permis de maintenir la libre circulation, estime Sylvie Goulard, eurodéputée française ralliée au mouvement En Marche!, interrogée dans Forum dimanche.

C'est aux politiques de prendre des décisions qui vont parfois contre le réflexe des peuples, en l'occurrence de se protéger. D'où l’intérêt d'une démocratie représentative, pour Sylvie Goulard qui juge que "la Suisse a très intelligemment trouvé le moyen de freiner les populistes". Il n'y a pas lieu pour elle de revenir sur la libre circulation, vrai bénéfice pour les pays européens.

"C'est son engagement pour l'Europe qui fait qu'Emmanuel Macron a aujourd'hui une chance d’être élu", estime cette eurodéputée, qui vient d'accompagner le candidat à la présidentielle française à Berlin, où il a rencontré Angela Merkel.

"Pas un candidat par défaut"

Pour celle qui fut conseillère politique de Romano Prodi, ancien president de la commission européenne, les propositions d'Emmanuel Macron en faveur d'une Europe ambitieuse ont servi à ringardiser les autres partis. Elle a en revanche des mots très durs contre la génération d'Hubert Védrine et de Pierre Moscovici. "C'est à eux que l'Europe doit aujourd'hui ses défauts", accuse-t-elle.

"Emmanuel Macron n'est pas un candidat pas défaut!", conteste également Sylvie Goulard pour qui les affaires dont souffrent la candidature de François Fillon n'explique pas à elles seules le succès du candidat d'En Marche!

Eviter Marine Le Pen

"Notre seul objectif aujourd'hui c’est d'être devant Marine Le Pen au premier tour", assure l'eurodéputée qui ne souhaite pourtant pas la destruction des autres partis. La reconstruction de partis de type chrétien-démocrate ou social-démocrate sera au contraire souhaitable, en cas de victoire d’Emmanuel Macron, pour éviter que le Front national incarne à lui seul l'oppostion.

"Il y a une différence fondamentale entre les partis qui veulent détruire l'Europe et ceux qui luttent à l'intérieur du cadre", rappelle-t-elle.

Pour Sylvie Goulard, l’élection cette semaine de Mark Rutte aux Pays-Bas contre le parti nationaliste de Geert Wilders est à lire aussi comme une défaite des eurosceptiques. Elle souhaite une position européenne commune sur la Turquie. Elle relève le caractère anti-démocratique du référendum en faveur du président Recep Tayyip Erdogan et rappelle les devoirs de la Turquie envers l'Europe.

Pour elle, il y a toutefois peu de chances que le président turc revienne sur l'accord avec l'Europe sur les réfugiés. Mais s'il le faisait, ça obligerait l'UE à adopter une politique commune en matière d’accueil des réfugiés et de sécurité à ses frontières.

>> Entretien complet dans Forum dès 18h sur La Première

Laetitia Guinand

Publié dimanche à 11:25 - Modifié mercredi à 12:51