Modifié le 08 février 2017 à 21:08

Betsy DeVos nommée à l'Education aux Etats-Unis après un oral difficile

La nomination de Betsy DeVos comme secrétaire à l'Education aux Etats-Unis a été confirmée par le Sénat grâce au renfort du vice-président Mike Pence, qui a dû voter pour faire pencher la balance.

La candidature de Betsy DeVos a recueilli 50 voix pour, 50 voix contre. Sans l'intervention du vice-président, le choix controversé du président Donald Trump n'aurait pu être entériné par la chambre haute du Congrès, incapable de se départager. Un cas sans précédent aux Etats-Unis:

Betsy DeVos nommée de justesse
L'actu en vidéo - Publié le 08 février 2017

Un mouvement national de contestation était monté dans le pays ces dernières semaines, inondant les sénateurs de courriers et de coups de téléphone, sans compter les manifestations devant des bureaux d'élus républicains avant le vote:

Manifestation anti-DeVos à Washington
L'actu en vidéo - Publié le 08 février 2017

Betsy DeVos défend de longue date les "charter schools", des établissements indépendants du système public et fréquemment gérés par des entreprises. Les démocrates redoutent qu'elle en poursuive la promotion au détriment des écoles publiques.

Démocrates et syndicats d'enseignants ont été atterrés par sa nomination. Son grand oral devant les sénateurs le 17 janvier a renforcé leurs craintes et démontré sa méconnaissance apparente de certains aspects basiques des lois éducatives, comme le débat - récurrent aux Etats-Unis - entre "développement" (mesurer les progrès des étudiants) et "compétence" (mesurer le nombre d'étudiants qui atteignent un niveau pré-établi):  

Mise sur le gril par un sénateur démocrate lors de son audition en janvier dernier, Betsy DeVos éprouve quelques difficultés à répondre à une question basique sur l'éducation aux Etat-Unis.
L'actu en vidéo - Publié le 08 février 2017

La femme qui a (presque) vu l'ours

Betsy DeVos a par ailleurs clairement refusé de s'engager à "ne pas privatiser les écoles publiques ni à couper d'un centime le budget de l'éducation publique".

"Toute les écoles ne servent pas les élèves qui y sont assignés", a-t-elle répondu, martelant qu'elle souhaitait donner du "choix" aux parents, un euphémisme désignant les écoles privées et religieuses.

Elle soutient également le mouvement pour l'éducation à domicile, préférée par de nombreux conservateurs chrétiens à l'éducation laïque. "Je crois fermement que les parents doivent avoir les moyens de choisir le meilleur environnement d'éducation pour leurs propres enfants", a-t-elle dit.

Et, interrogée sur les armes à l'école, elle a cité l'exemple d'un établissement rural qui en aurait besoin "pour se protéger de grizzlis potentiels".

Ces épisodes lui ont fait perdre le soutien de deux sénatrices républicaines, représentant l'Alaska et le Maine, ce qui a provoqué ce vote en forme de "match nul" et l'obligation pour Mike Pence de trancher.

agences/Pierre-Yves Maspoli

Publié le 08 février 2017 à 16:11 - Modifié le 08 février 2017 à 21:08