Modifié le 25 janvier 2017 à 18:41

Donald Trump va ordonner une limitation de l'accueil des réfugiés

Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Las Vegas, en juin 2016.
Dans un meeting le 31 août 2016 à Phoenix, en Arizona, Donlad Trump s'était engagé à expulser dès son premier jour à la Maison Blanche deux millions de sans-papiers "criminels". [John Locher - Keystone]
Le président américain signera dès mercredi des décrets limitant l'octroi de visas, l'accueil de réfugiés et l'immigration, selon des médias américains, alors qu'il a promis de bâtir un mur entre son pays et le Mexique.

Le président américain doit s'adresser mercredi à des employés du ministère de la Sécurité intérieure en charge de l'immigration, et signer à cette occasion des décrets sur les réfugiés et la sécurité nationale, rapportent le Washington Post et CNN.

Reste à savoir comment le ministère de la Sécurité intérieure, qui sera dirigé par l'ancien général John Kelly, pourra appliquer ces mesures.

Sept pays visés

Ces décrets devraient limiter l'immigration et l'accès aux Etats-Unis pour les réfugiés et les détenteurs de visas en provenance d'Irak, d'Iran, de Libye, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen, selon le Washington Post, qui souligne que les ressortissants de ces pays sont déjà confrontés à une série d'obstacles pour obtenir un visa.

Donald Trump a également promis de supprimer le programme "DACA", mis en place par son prédécesseur Barack Obama en 2012 et qui a permis à plus de 750'000 clandestins arrivés mineurs sur le territoire d'obtenir des permis de séjour et de travail.

agences/fb

Publié le 25 janvier 2017 à 05:37 - Modifié le 25 janvier 2017 à 18:41

Human Rights Watch alerte sur l'action de Trump contre les réfugiés

La volonté de Donald Trump d'interdire temporairement l'entrée de réfugiés aux Etats-Unis inquiète Human Rights Watch (HRW). "Si j'étais un agent de l'Etat islamique (EI), la dernière chose que je ferais serait de venir comme réfugié aux Etats-Unis", a déclaré Kenneth Roth devant la presse. Il qualifie la justification de la lutte contre le terrorisme donnée à cette interdiction, qui devait être prise dans une ordonnance mercredi, comme "un cruel et inutile cynisme". La plupart des réfugiés fuient précisément l'EI, dit-il.

"Nous allons construire le mur"

Au cours de sa campagne électorale, Donald Trump a proposé d'interdire temporairement l'entrée des Etats-Unis aux musulmans ou encore de construire un mur le long de la frontière avec le Mexique pour empêcher le passage de migrants.

Dans son tweet posté mardi soir, Donald Trump a dit : "Grosse journée prévue sur la sécurité nationale demain. Parmi d'autres choses, nous allons construire le mur".