Modifié

Vague de réactions sur le web après les "faits alternatifs" de Donald Trump

La phrase de la conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway, n'a pas laissé indifférent les réseaux sociaux. [Carlos Barria - reuters]
La phrase de la conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway, n'a pas laissé indifférent les réseaux sociaux. [Carlos Barria - reuters]
En indiquant que le porte-parole de Donald Trump n'avait pas présenté des mensonges, mais des "faits alternatifs", devant la presse dimanche, une conseillère du président américain a déclenché une vague de réactions sur Twitter.

Réagissant aux comparaisons peu flatteuses, pour Donald Trump, entre l'affluence de sa cérémonie d'investiture et celle de Barack Obama en 2009, le porte-parole de la Maison Blanche a affirmé: "Personne n'a de chiffres, puisque le service qui contrôle le National Mall (l'esplanade devant le Capitole, ndlr.) n'en diffuse pas."

Sean Spicer a précisé que l'espace devant le Capitole - pouvant contenir 720'000 personnes, selon lui - était entièrement occupé par la foule: "C'était la plus grande audience ayant assisté à une investiture", a-t-il assuré.

Qualifiés de mensonges par certains médias, ces propos ont ensuite été défendus dimanche sur NBC par la fidèle conseillère du président américain Kellyanne Conway: "Vous dites que ce sont des mensonges, mais notre porte-parole Sean Spicer a livré des faits alternatifs."

>> Kellyanne Conway défend des "faits alternatifs":

Réactions amusées

Ces propos n'ont pas manqué de provoquer une vague de réactions sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, où le "hashtag" #alternativefacts a été utilisé plus de 500'000 fois et a comptabilisé quelque 1,4 million d'interactions (retweets et mentions "aime"), comme le montre le graphique ci-dessous:

La tendance du "hashtag" #alternativefacts. [talkwalker.com]La tendance du "hashtag" #alternativefacts. [talkwalker.com]

Les mots de Kellyanne Conway ont donné lieu à un flot de commentaires de la part de médias, mais a également provoqué des réactions amusées utilisant le "hashtag" en guise de blague. A l'instar de l'actrice aux yeux bruns Alyssa Milano, qui a tweeté: "J'ai les yeux bleus #alternativefacts".

Certains ont fait savoir que Hillary Clinton était présidente ou ont affirmé que la Terre était plate, alors que d'autres ont assuré avoir joué le rôle de Brad Pitt dans "Thelma et Louise".

Trump accuse les médias d'avoir menti

Face aux estimations du nombre de personnes présentes à son investiture, Donald Trump s'en est pris samedi avec véhémence aux médias, les accusant d'avoir menti.

"Honnêtement, cela avait l'air d'un million et demi de personnes, cela allait jusqu'au Washington Monument", l'obélisque du centre de la capitale américaine, a-t-il affirmé contre toute évidence (voir graphique ci-dessous).

>> Comparaison de l'affluence lors de l'investiture de Donald Trump avec celle de Barack Obama:

>> Lire aussi: Donald Trump et Benjamin Netanyahu évoquent la "menace" iranienne

Mathieu Henderson

Publié Modifié

Donald Trump réagit aux manifestations

Au lendemain des manifestations massives d'opposants, à Washington mais aussi ailleurs aux Etats-Unis et dans le monde, le nouveau président s'est tourné dimanche vers Twitter pour railler les centaines de milliers de personnes, surtout des femmes, descendues dans la rue.

"Pourquoi ces gens ne sont-ils pas allés voter?" s'est-il interrogé, jugeant que les célébrités avaient fait "beaucoup de mal à leur cause".

Une heure plus tard, dans un deuxième tweet, il affirmait que les manifestations pacifiques étaient "une des marques de fabrique de notre démocratie". "Même si je ne suis pas toujours d'accord, je reconnais les droits des gens à exprimer leur point de vue", a-t-il ajouté.

Entre deux et trois millions de personnes, selon les organisateurs, ont participé aux manifestations anti-Trump à l'appel du collectif Women’s March, à Washington, ainsi que dans des centaines d'autres villes aux Etats-Unis et dans 70 pays. (hend avec agences)