Modifié le 10 janvier 2017

Des anciens généraux américains signent un texte contre la torture

Des allégations de tortures ont été reportées dans le camp de Guantanamo.
Des allégations de tortures ont été reportées dans le camp de Guantanamo. [Bob Strong - Reuters]
Près de 200 anciens généraux américains ont signé une lettre pour s'opposer à la pratique de la torture par les Etats-Unis. Le président élu Donald Trump a un temps envisagé de la rétablir.

La lettre signée par 176 officiers généraux affichant ensemble "plus de 6000 ans" d'expérience professionnelle a été publiée mardi par le New York Times, alors que commencent au Sénat les auditions des futurs membres de l'administration Trump.

>> Lire: Première audition mouvementée pour futur ministre de la Justice de Trump

Dans le texte daté du 6 janvier et publiée in extenso, les généraux affirment que la "torture n'est pas nécessaire" "En nous fondant sur notre expérience, nous savons que les techniques d'interrogations légales (...) sont les plus efficaces pour obtenir du renseignement fiable", écrivent-ils.

Pendant sa campagne électorale, Donald Trump avait déclaré que s'il était élu, il rétablirait la torture et ferait "davantage que la simulation de noyade" ("waterboarding"), utilisée par la CIA sous la présidence de George W. Bush.

Trump change d'avis

Depuis son élection, le président élu a semblé changer d'avis après un rendez-vous avec le général James Mattis, un chef militaire prestigieux qu'il a nommé ministre de la Défense et qui a notamment combattu en Irak.

Donald Trump s'était dit notamment "très impressionné" quand le militaire lui avait soutenu qu'"un paquet de cigarettes et deux bières" suffiraient à faire parler les suspects plutôt que la simulation de noyade.

ats/mre

Publié le 10 janvier 2017 - Modifié le 10 janvier 2017