Publié

Des responsables russes reconnaissent l'existence d'un dopage systémique

Les responsables interrogés par le New York Times ont admis l'existence d'un dopage institutionnalisé. [Roland Schlager - Keystone]
Les responsables interrogés par le New York Times ont admis l'existence d'un dopage institutionnalisé. [Roland Schlager - Keystone]
Des responsables russes chargés de la lutte anti-dopage admettent pour la première fois, dans un entretien paru mardi dans le New York Times, l'existence d'un vaste système de dopage en Russie.

"C'était une conspiration institutionnelle", a concédé au New York Times Anna Antseliovich, directrice générale de l'agence russe anti-dopage (RUSADA).

Elle et d'autres responsables interrogés par le journal ont cependant réfuté la thèse d'un système de dopage d'Etat, insistant sur le fait que les gouvernants russes n'étaient pas impliqués.

1000 athlètes, dans 30 sports

Le second rapport Mc Laren publié début décembre pointe, lui, l'existence d'"une conspiration institutionnelle" mise en place avec la participation du ministère des Sports, de l'agence russe anti-dopage et du laboratoire antidopage de Moscou aux côtés du FSB (services secrets), le tout au bénéfice de plus de 1000 athlètes dans 30 sports.

Le ministre russe des Sports a déclaré à l'agence TASS le 9 décembre que les accusations n'étaient pas étayées par des preuves.

afp/ptur

Publié