Modifié le 24 décembre 2016 à 18:01

Israël ne se conformera pas à la résolution de l'ONU sur ses colonies

Image d'un bâtiment en construction à Jérusalem-Est. (photo d'illustration)
La décision de l'ONU pour la résolution des colonies suscite la colère d'Israël Le 12h30 / 1 min. / le 24 décembre 2016
Le bureau de Benjamin Netanyahu a fait savoir vendredi soir qu'Israël ne respectera pas la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU demandant l'arrêt des colonies en Cisjordanie.

"Israël rejette cette résolution anti-israélienne honteuse des Nations unies et ne s'y conformera pas", indique un communiqué des services du Premier ministre israélien.

Plus tôt dans la soirée le Conseil de sécurité a adopté la résolution à laquelle, fait rarissime, les Etats-Unis n'ont pas opposé leur veto.

Les 14 autres membres du Conseil de sécurité se sont prononcés en faveur du texte présenté par la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Venezuela et le Sénégal.

>> Les explications du 12h45:

L'ONU demande l'arrêt des colonies israéliennes en Cisjordanie
12h45 - Publié le 24 décembre 2016

Réaction de Donald Trump

A l'origine, c'est l'Egypte qui avait proposé le texte, mais elle avait décidé jeudi de faire marche arrière sous la pression d'Israël et du président américain élu, Donald Trump.

Celui-ci a fait savoir que "les choses seront différentes à l'ONU" après son arrivée à la Maison Blanche dans un mois.

agences/pym

Publié le 23 décembre 2016 à 22:16 - Modifié le 24 décembre 2016 à 18:01

Représailles diplomatiques

Benjamin Netanyahu a annoncé, quelques heures seulement après le vote de la résolution, le rappel "immédiat" de ses ambassadeurs en Nouvelle-Zélande et au Sénégal "pour consultations".

Il a également décidé d'annuler la visite du ministre sénégalais des Affaires étrangères, prévue en janvier, ordonné l'annulation de tous les programmes d'aide au Sénégal, et l'annulation des visites en Israël des ambassadeurs non résidents du Sénégal et de Nouvelle-Zélande.

Côté palestinien, on salue "un camouflet"

La résolution constitue "un grand camouflet" pour Israël, a immédiatement réagi Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence palestinienne.

"Il s'agit d'une condamnation internationale unanime de la colonisation et d'un fort soutien à une solution à deux Etats", a-t-il ajouté.