Modifié le 10 décembre 2016 à 22:10

Un projet de réforme renforçant Erdogan soumis au Parlement turc

Le président turc a déclaré: "Ce qui m'importe, c'est ce que le peuple pense de moi".
Le président turc Recep Tayyip Erdogan. [Murat Cetinmuhurdar - Keystone]
Le parti au pouvoir en Turquie a soumis samedi un projet de réforme constitutionnelle renforçant les prérogatives de Recep Tayyip Erdogan. Ce texte prévoit le transfert des pouvoirs exécutifs du Premier ministre au président.

Cette proposition visant à introduire un système présidentiel pour remplacer le système parlementaire actuel a été transmise au président du Parlement Ismail Kahraman, a rapporté l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Ce texte d'une vingtaine d'articles prévoit le transfert de l'essentiel du pouvoir exécutif du Premier ministre au président de la République, une fonction essentiellement honorifique dans l'état actuel de la Constitution.

Dérive autoritaire

L'idée d'un renforcement d'Erdogan inquiète toutefois ses opposants, qui accusent le président de dérive autoritaire, en particulier depuis la tentative de putsch du 15 juillet et les purges qui ont suivi.

Mais les dirigeants turcs affirment qu'un tel système est nécessaire pour assurer la stabilité au sommet de l'Etat, alors que la Turquie est confrontée à une situation sécuritaire instable, connaît un ralentissement économique et mène une offensive militaire en Syrie.

Consultation populaire

La proposition doit recueillir l'aval d'au moins 330 députés (sur 550) pour pouvoir être soumise à un référendum. Le parti au pouvoir AKP et la formation de droite nationaliste MHP, qui soutient le texte, totalisent ensemble 355 voix dans l'hémicycle.

Une consultation populaire pourrait se tenir dès le mois de mars, a déclaré le vice-Premier ministre Nurettin Canikli lors d'un entretien à la chaîne A Haber vendredi.

afp/olhor

Publié le 10 décembre 2016 à 16:06 - Modifié le 10 décembre 2016 à 22:10

Un attentat fait 20 blessés à Istanbul

Un attentat à la voiture piégée a fait une vingtaine de blessés samedi soir à proximité du stade de football du club de Besiktas à Istanbul. La cible de l'attaque était un bus des forces de l'ordre, a déclaré le ministre de l'Intérieur, Suleyman Soylu.

L'attentat est survenu deux heures après la fin d'un match dans la Vodafone Arena entre Besiktas, le club du Suisse Gökhan Inler, et l'équipe de Bursaspor. Les forces de l'ordre ont bouclé le quartier.

Des images de télévision montrent ce qui semble être la carcasse calcinée d'une voiture et deux incendies dans une rue devant le stade.