Modifié le 26 novembre 2016 à 20:37

Le seizième sommet de la Francophonie ouvert à Madagascar

Le président malgache Hery Rajaonarimampianina (au centre) s'exprime pour l'ouverture du 16e sommet de la Francophonie à Antananarivo.
Le président malgache Hery Rajaonarimampianina (au centre) s'exprime pour l'ouverture du 16e sommet de la Francophonie à Antananarivo. [Gianluigi Guerica - AFP Photo]
Le 16e sommet de la Francophonie s'est ouvert samedi à Antananarivo, la capitale malgache, en présence d'une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement, dont le Suisse Johann Schneider-Ammann.

Dans son discours d'ouverture, Hery Rajaonarimampianina, le président de Madagascar, a notamment appelé la Francophonie à "multiplier les initiatives pour un monde plus juste". "Les vagues migratoires en provenance d'Afrique auxquelles nous assistons actuellement exigent des réponses politiques inclusives", a-t-il ajouté.

Après la passation de pouvoirs entre le Sénégal et Madagascar, les délégations devaient se réunir pour des travaux en plénière jusqu'à dimanche.

La Francophonie doit "revendiquer son rôle"

Le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann a lui appelé à la solidarité entre les membres de l'OIF "afin de trouver ensemble des solutions".

Le conseiller fédéral a appelé cette communauté francophone, "plate-forme privilégiée de dialogue Nord-Sud", à "revendiquer et jouer son rôle" dans les défis auxquels elle fait face. Et le Bernois de citer l'extrémisme violent, la paix et la sécurité, le développement durable ou encore les changements climatiques.

ats/ebz

Publié le 26 novembre 2016 à 19:15 - Modifié le 26 novembre 2016 à 20:37

Quatre axes de travail

L'Organisation internationale de la Francophonie est composée au total de 80 Etats et gouvernements (57 membres et 23 observateurs). Elle se donne pour objectif de "contribuer à améliorer le niveau de vie de ses populations en les aidant à devenir les acteurs de leur propre développement", selon le site internet de l'OIF.

Elle a choisi quatre grands axes de travail: promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique, promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l'homme, appuyer l'éducation et développer la coopération au service du développement durable.

Premier sommet à Madagascar

Madagascar qui accueille ce sommet pour la première fois avait été suspendu de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) de 2009 à 2014, suite à un coup d'Etat de l'ex-président Andry Rajoelina qui avait conduit à une période d'instabilité politique.